Yves Elléouët PDF

Sa mère le fait engager comme infirmier au cours de la Première Guerre mondiale. En 1920, elle rend visite à André Breton, pour lui acheter le dernier numéro de la revue Littérature et lui recommander une  personne  qui doit yves Elléouët PDF venir à Paris, s’y fixer et  qui voudrait se lancer dans la littérature . Après sa rencontre avec Robert Desnos, il s’essaie à l’écriture automatique. En 1921, il participe au procès contre Maurice Barrès, organisé par les dadaïstes.


Péret y apparaît dans le rôle du  soldat inconnu . En 1928, Benjamin Péret écrit un ouvrage au titre basé sur une contrepèterie, Les Rouilles encagées. Le livre est saisi en cours de fabrication à l’imprimerie. En 1928, il épouse la cantatrice brésilienne Elsie Houston, et fait la connaissance de Mario Pedrosa, son beau-frère, qui vient de souscrire aux thèses de Trotsky. En 1936, Benjamin Péret se rend en Espagne auprès des républicains en tant que délégué du Parti ouvrier internationaliste, qui pour une brève durée avait uni les différents courants trotskistes.

Barcelone, il rencontre la peintre Remedios Varo qu’il épousera en 1946. Lorsque les Surréalistes fuient les nazis, Varo et Péret partent pour le Mexique en 1941. Péret reste de 1942 à 1948 au Mexique dans des conditions financières difficiles, mais est fasciné par l’art maya et les mythes et légendes des sociétés précolombiennes. Séparé de Remedios Varo et revenu en France, il écrit pour les revues surréalistes tout en soutenant politiquement la décolonisation et participant à la critique du stalinisme. Le Passager du transatlantique, Sans-Pareil, 1921. 152 Proverbes mis au goût du jour, en collaboration avec Paul Éluard, La Révolution surréaliste, 1925.

Dormir, dormir dans les pierres, Éditions surréalistes, 1927. Conte érotique qui devait être en 1928 par René Bonnel, mais le texte fut saisi par la police. Finalement édité sous le pseudonyme de Satyremont et sous le titre Les Rouilles encagées en 1954 chez Éric Losfeld, illustré par sept dessins de Yves Tanguy. 1, Le Terrain vague, Eric Losfeld, 1969. Ne visitez pas l’exposition coloniale, 1931.

Je ne mange pas de ce pain-là, 1936. Un ennemi déclaré, 1939, Clé no 2, février 1939, en réponse à un article d’Émile Hambresin relatif à la Guerre d’Espagne. Association des amis de Benjamin Péret. Tome IV à VII, José Corti. Pour un second manifeste communiste avec Grandizo Munis du Fomento obrero revolucionario Ed. Le Déshonneur des poètes suivi de La parole est à Péret, avec une postface de Joël Gayraud, Éditions Mille et une nuits, Paris, 1996.

Dans la zone torride du Brésil. Visites aux indiens, liminaire de Jérôme Duwa, postface de Leonor de Abreu, Éditions du chemin de fer, 2014, 98 p. Les arts primitifs et populaires du Brésil, avec plus de 200 photographies inédites, Éditions du Sandre, 2017. André Breton et Benjamin Péret, Correspondance 1920-1959, présentée et éditée par Gérard Roche, Paris, Gallimard, 2017. Carole Aurouet : Le Cinéma des poètes. Le Bord de l’eau, collection Ciné-Politique, 2014, 299 p.