Voir les yeux fermés : Arts, chamanismes et thérapies PDF

Le rêve de l’eunuque par Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouÿ. Le rêve est une disposition de l’esprit généralement nocturne, survenant au cours du sommeil, et qui procure à l’individu éveillé des souvenirs nommés eux aussi rêves. Au cours de l’histoire et des civilisations, le rêve a été un moyen de s’affranchir du temps et de l’espace ordinaire, pour accéder au surnaturel, aux ancêtres, au divin, ou encore comme un moyen de guérison, de connaissance et de révélation. L’approche rationnelle et voir les yeux fermés : Arts, chamanismes et thérapies PDF en fait un processus ancré dans le corps et lié à l’activité cérébrale au cours du sommeil.


Toutes les sociétés ont créé, chacune à leur manière, des objets qui se situent à la croisée de la religion, de l’art et de la thérapie. Ici sont présentés quelques-uns de ceux qui donnent du pouvoir au thérapeute, qu’il soit chamane, devin,  » homme-médecine « , médium, ou autre. Voir les yeux fermés serait un titre paradoxal pour un livre traitant d’arts visuels. Mais il s’interroge justement sur des thérapies traditionnelles qui font appel à un monde invisible auquel le praticien a accès par l’intermédiaire d’œuvres plastiques – masques, hochets, peintures sur sable, etc. – dotées d’une volonté et d’un destin, et intervenant dans des phénomènes qu’un simple déterminisme ne semble expliquer. Maintes questions se posent à leur propos. Cet ouvrage y apporte des réponses en s’appuyant sur des exemples pris dans une douzaine de sociétés à travers le monde, offrant ainsi autant de configurations différentes dans un ensemble d’une grande diversité. Parfois si belles, parfois dérisoires mais combien émouvantes, toutes ces œuvres témoignent de la force des croyances et de la confiance que des hommes ont eues ou ont encore dans le pouvoir de leur imagination créatrice. Elles sont aussi la preuve d’un besoin d’instaurer une relation non seulement intellectuelle, mais également affective avec le monde.

Dans les arts et la littérature, le rêve représente la  vie rêvée  au sens de projet chimérique ou de représentation d’un autre possible. Commun à de nombreuses espèces animales, il est également perceptible par ses manifestations externes. Ainsi, lorsque l’on parle de rêve il s’agit souvent du souvenir du rêve dont il est question. Le contenu des mythes est fréquemment associé aux rêves. Dans l’orphisme et l’école de Pythagore on enseigne que la communication avec le Ciel s’effectue uniquement pendant le sommeil, moment où l’âme s’éveille. Des doctrines analogues se retrouvent chez des auteurs juifs et arabes du Moyen Âge. Ibn Khaldoun évoque la pratique ritualisée des rêves mantiques chez les peuples musulmans .

Jacob s’endort dans une  maison de Dieu  pour communiquer avec lui. Le jeune Thoutmôsis IV s’endort entre les pattes du Sphinx de Gizeh où il reçoit en rêve, la promesse de succéder à son père. Dans la mythologie grecque, les songes ont leurs propres divinités, les Oneiroi, la plus connue est Morphée. Dans les sociétés pratiquant le culte des ancêtres le rite d’incubation pouvait se pratiquer sur le tombe de l’ancêtre décédé, par exemple dans les sociétés pré-islamiques du Proche-Orient. Le rêve est également important dans les pratiques chamaniques. Par exemple, une croyance répandue chez les peuples sibériens est que l’homme porterait en lui une sorte de double, une âme-esprit qui habite et anime le corps. Ainsi, en guise d’exemple supplémentaire, chez les Khantys et les Mansis, on dessine un tétras sur les berceaux des nourrissons, afin que l’âme de celui-ci ne s’en aille pas trop loin.

Dans les sociétés chamaniques, certains types de rêves apportent de la chance au chasseur. Les chamans sibériens voient aussi en rêve l’élan ou le renne dont la peau va lui servir à confectionner son tambour. Le rêve lui permet de savoir où le trouver et comment le reconnaître. Il ne lui restera plus qu’à faire part de ces renseignements au chasseur pour que celui-ci aille le tuer. Cette recherche peut durer une année entière.

Le rêve-voyage peut être aussi un rêve d’élévation ou de destination. Les rêves peuvent s’inscrire dans le cadre d’une initiation. Le futur chamane acquiert son pouvoir de guérison du fait d’avoir été malade et, par la qualité de ses rêves, il obtient savoirs, pouvoirs et statut social de chamane. On connaît de nombreuses sociétés  à rêves , c’est-à-dire de peuples où la connaissance des mythes, croyances, pratiques rituelles comme le chant, sont censées s’acquérir par le rêve. C’est le cas des Mojaves d’Arizona, largement décrits par Georges Devereux. Le chant est alors un équivalent rêvé, condensé du mythe.

Les variantes du chant selon les chamanes correspondent aux différences entre les rêves réels des chanteurs respectifs. Bien que les visions ne soient pas subordonnées au sommeil, comme c’est le cas dans les songes, il n’est pas toujours aisé de différencier les deux dans les textes bibliques. Le Goff note qu’il n’y a pas d’apparition de morts ou de démons dans les songes bibliques. Si Dieu envoie des rêves vrais, il existe de nombreux rêves mensongers et trompeurs envoyés par de faux prophètes. Selon Maïmonide, toutes les prophéties et manifestations révélées aux prophètes se font en songe ou en vision, apportées ou non par un ange, que les voies et moyens utilisés soient mentionnés ou non.

Selon lui, les révélations s’obtiennent dans une vision, et le prophète en saisit la signification dès son réveil. Les prophètes sont les interlocuteurs privilégiés de Dieu, ils sont choisis par Lui. D’après lui, Moïse seul fit exception à la règle qui veut que Dieu communique sa volonté à ses prophètes par les songes et les visions :  Il n’en est pas ainsi de mon serviteur Moïse, toute ma maison lui est confiée. 8 et 9 :  Car ainsi parle Yahweh : Ne vous laissez pas séduire par vos prophètes qui sont au milieu de vous, ni par vos devins, et n’écoutez pas les songes que vous vous donnez. Il développe également une liste non-exhaustive qui offre une interprétation possible de différentes visions. Les rêves clairs sont d’origine divine. Les songes allégoriques, qui doivent être interprétés sont d’origine angélique.