Visages de corsaires : René Duguay-Trouin, Robert Surcouf, Claude Forbin, Jean Bart PDF

Eustache écume la Manche pendant des années comme pirate. Personnage hors du commun, redoutable et provocant, il apparut longtemps comme un bandit visages de corsaires : René Duguay-Trouin, Robert Surcouf, Claude Forbin, Jean Bart PDF grand chemin.


La fin d’Eustache le moine à la bataille de Sandwich. Il était le plus jeune fils d’une noble famille de Boulogne, et devint moine bénédictin. En 1190, il quitte l’abbaye Saint-Wulmer de Samer pour venger son père, qui vient d’être assassiné. Eustache le moine devient un pirate et un mercenaire, établissant des bases dans les îles de la Manche, plus précisément sur l’île de Sercq, et vendant les services de sa flotte au plus offrant. Il avait la réputation d’être redoutable et particulièrement efficace dans ses attaques.

En 1212, son vieil ennemi, le comte Renaud prête hommage à Jean sans Terre. Eustache est contraint de quitter l’Angleterre. Il se tourne alors vers Philippe Auguste, roi de France et se met à son service. Le 27 juillet 1214, Philippe Auguste remporte la bataille de Bouvines. Ayant réussi à ravir aux Plantagenêts la plus grande partie de leurs domaines continentaux, il songe à porter la guerre en Angleterre.

Eustache le moine se voit chargé d’établir une liaison maritime entre les insurgés et les troupes royales. Il fait alors construire un château fort flottant, hérissé de trébuchets et autres engins de guerre. Quand cette énorme masse s’avance au milieu des navires anglais, lançant des projectiles dans toutes les directions, la panique s’installe dans le camp ennemi. Mais, en 1217, le tout jeune Henri III ayant succédé sur le trône d’Angleterre à son défunt père Jean sans Terre, une nouvelle tentative d’invasion de l’Angleterre se prépare. En août 1217, pour aller débarquer des troupes en Angleterre, un convoi français quitte Calais, escorté par dix nefs de guerre sous les ordres d’Eustache le moine, avec pour objectif de rejoindre la Tamise.