Villes mortes PDF

Un article de Wikipédia, villes mortes PDF’encyclopédie libre. Installation du maire de Liffré Loïg Chesnais-Girard à la suite de la première réunion du conseil municipal élu lors des élections de 2014.


Par une extension radicale et spectaculaire de la ruine classique et pittoresque, la ville morte puise aux mythes de l’Atlantide ou de Sodome et Gomorrhe, mais aussi aux découvertes archéologiques de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle (Herculanum ou Pompéi). Du romantisme de Théophile Gautier au symbolisme de Georges Rodenbach, les villes mortes développent tout au long du XIXe siècle un imaginaire et une poétique de l’archéologie- fiction ou de l’inquiétante étrangeté, dont Freud a exploré la signification dans son interprétation de la Gradhiva de Jensen (1903). Entre refoulement et expression du désir, les villes mortes sont l’envers des mégapoles modernes et le revers de la Grande Ville comme emblème du capitalisme triomphant. Rien d’étonnant, dans cette perspective, que Paris consacrée capitale du XIXe siècle (Walter Benjamin) ait été perçue, dans les gravures et les photographies de ses destructions du printemps 1871, comme une ville morte, comparée par certains contemporains à l’équivalent moderne de Pompéi. Promise à un avenir de fantôme, la ville morte procède de l’inconscient urbain, dont les guerres, mais aussi les catastrophes du XXe siècle (Berlin, Hiroshima, Tchernobyl…) ont promu un imaginaire de cités désertées et figées, muséifiées et fétichisées, comme l’a esquissé Mike Davis dans son essai (Dead Cities, 2002). Bien plus qu’un simple décor.

La doyenne du conseil lui remet son écharpe de maire, symbole de sa fonction. Installation du maire de Liffré, Loïg Chesnais-Girard, à la suite de la première réunion du conseil municipal élu lors des élections de mars 2014. Le maire est, en France, le membre du conseil municipal de la commune élu pour en organiser les travaux et exécuter les délibérations. Dans le premier cas, le maire dispose d’importants pouvoirs et de responsabilités propres sur le territoire de sa municipalité, qu’il exerce via des documents appelés arrêtés.