Uderzo croqué par ses amis PDF

En Belgique, les albums sont édités chez Le Lombard jusqu’en 1979. Astérix le Gaulois a également uderzo croqué par ses amis PDF lieu à des albums qui ne sont pas des bandes dessinées mais des livres illustrés. Astérix et ses amis : Pour les 80 ans d’Albert Uderzo, des dizaines d’artistes de bande dessinée créent quelques planches sur l’univers d’Astérix.


Un des personnages de la série, le jeune Goudurix, neveu d’Abraracourcix a été le héros d’une série baptisée Alea Jacta Est! Un poisson d’avril est caché dans ce dessin. Il s’agit d’une compilation de courts récits en bande dessinée, publiée une première fois en 1993 hors-série, puis rééditée dix ans plus tard avec des histoires supplémentaires comme 32e titre de la série classique. Astérix et Obélix : Paf ! Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 17 janvier 2018 à 17:00. En septembre 2012, à Paris, lors d’une avant-première de Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté.

Albert Uderzo naît à Fismes au sein d’une famille d’immigrés italiens. C’est en lisant Mickey Mouse, publié à l’époque dans Le Petit Parisien, qu’il découvre la bande dessinée. Engagé pour quelques semaines, il reste finalement un an à la SPE et y apprend les bases du métier : le lettrage, le calibrage d’un texte, la retouche d’image. Il côtoie notamment Calvo, qui fait figure pour lui de maître et l’encourage à persister dans le dessin. En 1945, Uderzo travaille dans un studio d’animation qui produit un court-métrage, Carbur et Clic-Clac : déçu par l’expérience et par le résultat final, il décide de ne pas persévérer dans le dessin animé. En 1946, il remporte un concours qui lui permet de publier, aux Éditions du Chêne, un recueil de gags mettant en scène un nouveau personnage, Clopinard : grâce au salaire reçu à cette occasion, il réussit à convaincre son père qu’il peut espérer vivre de son métier de dessinateur.

OK cesse de paraître pendant qu’Uderzo fait son service militaire. Une fois démobilisé, le dessinateur doit proposer ses services à d’autres éditeurs. Ne retrouvant pas de travail dans l’édition pour la jeunesse, il tente sa chance du côté de la grande presse. En 1955, avec Jean-Michel Charlier, Goscinny et Jean Hébrard, Uderzo fonde un syndicat, scindé en deux agences distinctes : Edifrance et Edipresse. Les auteurs livrent beaucoup de travaux de commande. Uderzo explique par la suite :  À cette époque-là, on faisait n’importe quoi pour subsister. En 1957, Goscinny, désormais bien introduit à Tintin comme scénariste polyvalent, recommande Uderzo à la direction de ce journal.