Traité de physiologie considérée comme science d’observation. Tome 4 PDF

Berthelot dans son traité de physiologie considérée comme science d’observation. Tome 4 PDF de Meudon. Il se marie avec Sophie Niaudet, nièce de Louis Breguet, qui avait été éduquée par sa mère de manière extrêmement stricte en suivant des principes issus du calvinisme.


Traité de physiologie considérée comme science d’observation. Tome 4 / par C. F. Burdach,… ; avec des additions de MM. les professeurs Baer, Meyen, Meyer, J. Muller, Rathke, Valentin, Wagner ; traduit de l’allemand sur la deuxième édition, par A. J. L. Jourdan,…
Date de l’édition originale : 1837-1841

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Sophie inculqua les valeurs de la pensée calviniste à ses enfants et ses idées eurent une influence importante sur son mari. Il étudie ensuite à la faculté des sciences de Paris. Marcellin Berthelot commence vraiment ses recherches dans le laboratoire privé de Théophile-Jules Pelouze, où il peut expérimenter à sa guise. Il entre au Collège de France en 1851, comme préparateur d’Antoine-Jérôme Balard.

Il continue ses fructueuses recherches sur les synthèses organiques. Le 2 septembre 1870, lors du déclenchement de la guerre franco-allemande, profondément patriote, Berthelot demande à participer à l’effort de guerre et est nommé au Comité scientifique de défense. Il est alors membre puis président du comité consultatif du Service des poudres et salpêtres de France, puis président de la Commission des substances explosives. Les personnes portées sur ces listes sans leur accord ont la possibilité de se retirer par voie de presse. Il accepte de maintenir sa candidature afin de continuer son travail avec les comités auprès desquels il s’était engagé. Il est nommé inspecteur général de l’instruction publique en 1876.

En juillet 1881, il devient sénateur inamovible. Dès son élection au Sénat, il prononce plusieurs discours contre les coupes dans le domaine de la santé publique. Affaires étrangères, du 1er novembre 1895 au 23 avril 1896, dans le gouvernement Léon Bourgeois. Il entre dans le comité de direction de La Grande Encyclopédie, où il prend la relève de Ferdinand-Camille Dreyfus pour les treize derniers volumes.