S’initier à la programmation et à l’orienté objet: Avec des exemples en C, C++, C#, Python, Java et PHP PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. XML est entièrement transformable dans un s’initier à la programmation et à l’orienté objet: Avec des exemples en C, C++, C#, Python, Java et PHP PDF document XML. Sun Microsystems élabore une charte et recrute des collaborateurs.


Acquérir rapidement une parfaite maîtrise des techniques de programmation et savoir s’adapter facilement à tout nouveau langage

Conçu pour les débutants en programmation, cet ouvrage commence par un apprentissage progressif et rigoureux des notions de programmation procédurale communes à tous les langages (types de données, variables, opérateurs, instructions de contrôle, fonctions, tableaux…), avant d’aborder les notions propres aux langages orientés objet.

L’auteur utilise, pour faciliter l’assimilation des concepts, un pseudo-code complet mais simple d’accès, qui évite de se perdre dans les spécificités de tel ou tel langage. Chaque notion est d’abord présentée à l’aide du pseudocode, avant d’être illustrée d’exemples d’implémentation en langages C, C++, C#, Java, PHP et, nouveauté de cette 2e édition, en langage Python. De nombreux exercices corrigés permettent au lecteur de contrôler ses connaissances à chaque étape de l’apprentissage.

À qui s’adresse ce livre ?

  • Aux étudiants en 1ère année de cursus informatique (BTS, DUT, licences, écoles d’ingénieur).
  • Aux autodidactes ou professionnels de tous horizons souhaitant s’initier à la programmation.
  • A tous ceux qui ont appris un langage « sur le tas » et ressentent le besoin d’approfondir leurs connaissances pour gagner en efficacité et en qualité et s’adapter plus facilement à de nouveaux langages.
  • Aux enseignants et formateurs à la recherche d’une méthode pédagogique et d’un support de cours structuré pour enseigner la programmation à des débutants.

Sur le site www.editions-eyrolles.com

  • Dialoguez avec l’auteur
  • Téléchargez le code source des exemples du livre

Bosak se fait connaître dans la petite communauté de personnes ayant de l’expérience à la fois dans le SGML et dans le Web. 150 membres de divers groupes d’intérêt. Le débat technique a eu lieu sur la liste de diffusion commune et les questions ont été résolues par consensus ou, lorsque cela a échoué, à la majorité des voix du groupe de travail. James Clark servit comme responsable technique du groupe de travail, notamment en contribuant à l’élément vide    et au nom  XML . XML annotée , explique plus longuement le contexte qui a rendu possible ce standard. Le groupe de travail XML ne s’est jamais rencontré face-à-face, la conception a été réalisée en utilisant courrier électronique et téléconférences hebdomadaires. D’autres travaux de conception sont poursuivis jusqu’en 1997, puis le XML 1.

0 est devenu une recommandation W3C le 10 février 1998. SGML est un langage de balisage, employé dans les industries de la documentation et de l’édition. XML a été largement suivi et favorise l’interopérabilité. Plusieurs décisions critiques ont contribué au succès du XML. SGML est orienté pour la saisie humaine de texte structuré, et autorise beaucoup de raccourcis.

Ainsi HTML permet d’omettre certaines balises de fermeture, de raccourcir des attributs, de mélanger minuscules et majuscules. Ces possibilités compliquent le traitement automatique et sont interdites pour les applications de XML. SGML insiste surtout sur la validation, sur la conformité à un modèle contraignant. XML prévoit un usage plus souple de l’information structurée. Il spécifie un moyen de faire cohabiter plusieurs vocabulaires de balises dans un même document grâce à la définition d’espaces de noms. Paradoxalement, il reste un domaine où SGML persiste, les  HTML .

HTML5, successeur d’HTML4, qui ajoute quelques balises sans imposer la conformité à XML. Au-delà de HTML, le W3C avait d’autres projets exigeant une syntaxe plus facilement extensible. Ces directions ont permis une grande plasticité de XML lui offrant de nombreux usages. SGML était une technique de niche, Internet l’a simplifié et largement répandu. 0 d’XML a été publiée le 10 février 1998.

1 d’XML a été publiée le 4 février 2004. Le W3C recommande aux interpréteurs XML de reconnaître les deux versions, bien que la première version soit beaucoup plus répandue que la seconde. Si le début de cet article était encodé en XML, il pourrait ressembler à ceci. Ces mots sont définis dans l’espace de noms Docbook. Le document est ouvert par le mot-clé , et clos par . Ce qui est spécifique à XML, c’est le choix des chevrons pour identifier les balises, et l’obligation de les fermer.

Les mots clés ne sont pas définis par la norme XML, mais par le vocabulaire choisi. Cet exemple illustre une autre spécificité de ce format. Les logiciels, surtout pour le grand public, aboutissent généralement à des fichiers. L’interopérabilité et la pérennité de ces fichiers est une préoccupation qui passe souvent après la performance. Ce n’est pas un format binaire, les commandes sont inscrites en texte lisible, mais elles ne sont pas destinées à être écrites par un humain. Il a alors développé TeX, une syntaxe très élaborée destinée à l’écriture humaine, spécialement puissante pour les équations mathématiques.