Moïses Finalé PDF

Elle possède les nationalités espagnole et française. Elle a fait moïses Finalé PDF études à l’Institut supérieur de pédagogie  Enrique José Varona  jusqu’en 4e année. Elle a suivi les cours de la faculté de philologie de l’université de La Havane jusqu’en 2e année.


Elle a étudié à l’Alliance française de Paris. Après la publication de son ouvrage Le Néant quotidien, mal perçu par le régime cubain, elle s’exile le 22 janvier 1995, à Paris, où elle réside depuis. Elle écrit pour Ecodiario de El Economista, en Espagne, El Universal de Caracas, et Libertad Digital, El Español, à Madrid, Le Monde et Libération, en France. La Havane, Letras Cubanas, 1993 Sang bleu, trad. Ediciones Bitzoc, 1995 La Sous-développée, trad.

Barcelone, Emecé, 1995 Le Néant quotidien, trad. Barcelone, Planeta, 1996 — finaliste du prix Planeta 1996. Barcelone, Planeta, 1997 Café Nostalgia, trad. Barcelone, Planeta, 1998 Trafiquants de beauté, trad. Barcelone, Planeta, 1999 Cher premier amour, trad. Barcelone, Planeta, 2000 Le Pied de mon père, trad.

Barcelone, Planeta, 2001 Miracle à Miami, trad. Barcelone, Planeta, 2003 Louves de mer, trad. Janés, 2004 L’Éternité de l’instant, trad. Barcelone, Planeta, 2004 Les Mystères de la Havane, trad. Barcelone, Planeta, 2006 Danse avec la vie, trad. Et la terre de leur corps. La salvaje inocencia o la inocente pornógrafa.

Vagón para fumadores, Barcelone, Lumen, 1996 Compartiment fumeurs, trad. Los Poemas de la Habana, Paris, Antoine Soriano, 1997 Les Poèmes de la Havane, trad. Anatomía de la mirada Editorial Difácil, España, 2009. Los Aretes de la luna, León, Everest, 1999 Au clair de Luna, trad.

Luna dans la plantation de café. Moïses Finalé : le rituel infini, trad. La ficción Fidel, Barcelone, Planeta, 2008 La fiction Fidel, trad. Giulietta Masina, la muse de Fellini, en coll. Miguel González Abellás, Visiones de exilio : para leer a Zoé Valdés, University Press of America, Lanham , Plymouth, UK, 2008, 155 p. Renée Clémentine Lucien, Résistance et cubanité : trois écrivains nés avec la révolution cubaine : Eliseo Alberto, Leonardo Padura et Zoé Valdés, L’Harmattan, Paris, Budapest, etc. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 22 novembre 2018 à 11:32. Elle possède les nationalités espagnole et française. Elle a fait ses études à l’Institut supérieur de pédagogie  Enrique José Varona  jusqu’en 4e année. Elle a suivi les cours de la faculté de philologie de l’université de La Havane jusqu’en 2e année. Elle a étudié à l’Alliance française de Paris.

Après la publication de son ouvrage Le Néant quotidien, mal perçu par le régime cubain, elle s’exile le 22 janvier 1995, à Paris, où elle réside depuis. Elle écrit pour Ecodiario de El Economista, en Espagne, El Universal de Caracas, et Libertad Digital, El Español, à Madrid, Le Monde et Libération, en France. La Havane, Letras Cubanas, 1993 Sang bleu, trad. Ediciones Bitzoc, 1995 La Sous-développée, trad. Barcelone, Emecé, 1995 Le Néant quotidien, trad.

Barcelone, Planeta, 1996 — finaliste du prix Planeta 1996. Barcelone, Planeta, 1997 Café Nostalgia, trad. Barcelone, Planeta, 1998 Trafiquants de beauté, trad. Barcelone, Planeta, 1999 Cher premier amour, trad.

Barcelone, Planeta, 2000 Le Pied de mon père, trad. Barcelone, Planeta, 2001 Miracle à Miami, trad. Barcelone, Planeta, 2003 Louves de mer, trad. Janés, 2004 L’Éternité de l’instant, trad. Barcelone, Planeta, 2004 Les Mystères de la Havane, trad.

Barcelone, Planeta, 2006 Danse avec la vie, trad. Et la terre de leur corps. La salvaje inocencia o la inocente pornógrafa. Vagón para fumadores, Barcelone, Lumen, 1996 Compartiment fumeurs, trad. Los Poemas de la Habana, Paris, Antoine Soriano, 1997 Les Poèmes de la Havane, trad. Anatomía de la mirada Editorial Difácil, España, 2009.