Masculin-féminin – la grande réconciliation PDF

L’étude de la masculin-féminin – la grande réconciliation PDF féminine regroupe de nombreux domaines, aspects physiologiques, psychologiques, sociaux, culturels, politiques et religieux. Ces dimensions de la sexualité féminine ont été pensées et rédigées selon des principes d’ordre éthique, moral ou théologique, qui doivent naturellement être pris en compte. Toutes les cultures ont présenté explicitement ou implicitement leurs points de vue sur la sexualité féminine, et ont parfois édicté des règles légales concernant le comportement sexuel des femmes. Dans nombre de cultures, des personnes considèrent qu’une femme doit être fidèle et le fait qu’une femme veuille séduire les hommes peut engendrer de la médisance, voire dans certains pays, des sanctions plus fortes.


Une nouvelle lecture du monde par l équilibre des valeurs du féminin et du masculin.
L auteur défend ici l idée que, par delà nos histoires personnelles, familiales ou parfois transgénérationnelles, une mémoire archaïque universelle refait souvent surface, en filigrane et de façon souterraine, dans la vie de beaucoup d entre nous. Combien d hommes voient par exemple leur femme comme une mère toute puissante de laquelle il faut s émanciper ? Combien de femmes se comportent inconsciemment comme des mères vis à vis d un mari qu elles considèrent comme un enfant ?
La plupart de nos relations sont générées par le désir dont le revers est la peur. Nous voulons changer l autre, l éduquer. Le modeler à notre image, comme si nous étions Dieu. Ou alors, nous acceptons nous-mêmes de changer et d être éduqués. Nous nous positionnons soit comme un père ou une mère, soit comme un fils ou une fille. C est une façon de se rassurer. Remettre les compteurs à zéro entre hommes et femmes nous offre la possibilité de sortir de ce schéma. De repartir sur de nouvelles bases. D en finir avec la guerre des sexes. Et s il nous restait à découvrir, au-delà du père et de la mère, du fils et de la fille, ce qu est la relation d une femme et d un homme, du féminin et du masculin, dans la différence, l égalité et main dans la main ?
Au-delà de cela, l auteur propose aussi un nouvel équilibre entre émotion et intellect, amour et conscience, repos et travail, plaisir et devoir, force et vulnérabilité.

Dans les pays occidentaux, depuis environ les années 1970, la liberté de la femme est reconnue. En pratique, il est largement admis qu’une femme refasse sa vie avec un autre homme à la suite d’une rupture. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Appareil reproducteur interne de la femme.

Au niveau physiologique ce sont des hormones, les œstrogènes et les androgènes, qui développent la libido féminine. Les œstrogènes, hormones principalement produites par les ovaires, ont un rôle capital dans la libido de la femme et plus globalement dans sa vie sexuelle. Les œstrogènes agissent sur des neurotransmetteurs dans le cerveau pour créer le désir sexuel. Si les œstrogènes ont une place prépondérante dans la sexualité féminine, ils ne sont pas les seuls nécessaires à la libido féminine.

Cette testostérone produite est nécessaire au désir sexuel mais diminue avec l’âge. Le clitoris est un organe sexuel servant à l’excitation et au plaisir féminin. Lorsqu’il est stimulé, il déclenche une ouverture et une lubrification du vagin. Il n’a aucune autre fonction connue. Le clitoris est donc au centre de la sexualité féminine, comme le pénis peut l’être pour l’homme. Le vagin est un organe faiblement innervé et malgré la présence de zones plus sensibles il reste générateur de moins de plaisir. La zone anale peut être source de plaisirs chez les femmes, que ce soit par caresses, anulingus ou sodomie.

PSAS pour  Persistent Sexual Arousal Syndrome . Une des causes évoquée est la prise ou l’arrêt de certains anti-dépresseurs ou un dérèglement du système nerveux. Les inhibiteurs de la recapture de sérotonine sont parfois évoqués comme de possibles facteurs d’hypersensibilité du clitoris et du vagin. Par exemple le Trazodone, un anti-dépresseur connu pour provoquer certains effets indésirables de priapisme chez les hommes. Selon certains féministes la sexualité « féminine » serait une expression figée produite par des siècles de monopole patriarcal sur ces questions.