Lyuba ou la tête dans les étoiles : Les Roms, de la Roumanie à l’Ile-de-France PDF

Part des Roms dans la population par județ lors du lyuba ou la tête dans les étoiles : Les Roms, de la Roumanie à l’Ile-de-France PDF de 2002. Tsiganes sont un groupe ethnique initialement originaire de l’Inde, présent en Roumanie comme dans d’autres pays d’Europe. Ils font partie, tout comme la communauté Magyare, des minorités ethniques de Roumanie reconnues comme telles par la Constitution. Rromi , avec deux r, pour éviter les confusions avec les nombreux mots dérivant de Rome.


FRANÇAIS D’AILLEURS
Une collection de docu-fictions sur l’histoire de l’immigration en France

Notre Histoire vue à travers l’histoire singulière d’un enfant immigrant en France. Une histoire peuplée de souvenirs et d’anecdotes, mais également marquée par les grands événements historiques de l’époque. Un récit passionnant, des ouvrages richement illustrés, et complétés par un cahier documentaire sur la période afin d’approfondir ses connaissances sur le sujet.

Une histoire forte qui évite tous les écueils et clichés propres au sujet, pour en faire un récit de vie passionnant

LYUBA OU LA TÊTE DANS LES ETOILES

Seine-Saint-Denis, 2010. La Roumanie est entrée dans l’Union européenne mais pour Lyuba et sa famille, Roms migrants installés dans un bidonville de la région parisienne, ça ne change rien : toujours l’impossibilité d’avoir un travail, toujours la manche dans le RER, les expulsions, l’intolérance… Pourtant, avec l’aide d’associations humanitaires et de Jocelyne, une voisine passionnée d’astronomie, Lyuba va retrouver espoir.

Valentine Goby

Valentine Goby est née en 1974 à Grasse. Après des études en sciences politiques, elle a travaillé dans l’humanitaire en Asie. Elle est aujourd’hui enseignante et romancière pour adultes et pour la jeunesse.

Ronan Badel

Ronan Badel est né dans le Morbihan en 1972. Après des études à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, il se consacre à l’édition jeunesse en tant qu’auteur-illustrateur.

Băieși, Căldărari, Cârpari, Lăutari, Rudari et autres, souvent dérivés de leurs métiers. Les Roms, une fois parvenus dans ces trois voévodats, se mirent sous la protection des boyards et des monastères, continuant à exercer leurs métiers traditionnels au service de leurs nouveaux maîtres à travers une servitude de type féodal nommée Robie, ce qui ressemble à la fois à leur nom de Roma et au mot slave  Robota  : travail. Roms se trouvaient dans le statut de Robie. Théodore Valerio, Costumes de la Hongrie et des Pays danubiens, Paris 1891, initialement présentés à l’Exposition universelle de 1855.

1845 alors que l’écriture latine n’a été adoptée qu’en 1860, annonçant la vente d’un  lot  de robs Roms en 1852. L’entrée de la plupart des Roms en  Robie  va contribuer au paiement de ce tribut, tandis que les monastères envoient d’immenses richesses au Mont Athos. Les Roms appartiennent dès lors soit au voïvode, soit aux monastères, soit aux propriétaires terriens : les boyards. Paris, initiés à l’esprit des Lumières, lancent un mouvement abolitionniste.

Le processus se fait en plusieurs étapes. En 1941, Hitler offre la Transnistrie à la Roumanie en compensation de la Transylvanie du Nord, cédée à la Hongrie. J Rummel estime que de 1941 à 1943, 36 000 Roms sont morts en déportation en Transnistrie. Il n’y a eu aucune discussion sur ce sujet durant le Procès de Nuremberg et la reconnaissance internationale du  génocide rom  est surtout le fait des communautés Roms et des organisations de défense des droits de l’homme. Depuis, l’ONU, héritière de ce procès via la Cour pénale Internationale de La Haye, n’a toujours pas fournie d’explication sur l’absence de discussion à propos du Porajmos. En Roumanie, le Communisme a duré du 6 mars 1945 au 23 décembre 1989. Les Roms de Roumanie ne sont pas tous pauvres: lorsqu’ils en ont les moyens, comme ici à Buzescu, ils bâtissent de grandes villas de style rromanès, pouvant recevoir toute une parentèle.

Après la chute du Communisme, dans les années 1990-2000, la terre arable a souvent été un enjeu dans des conflits dont les Roms furent les  pions . Cependant, jusqu’en 2014, les ressortissants de la Bulgarie et de la Roumanie n’étaient pas totalement bénéficiaires du principe de libre circulation européen et, pour travailler officiellement, eurent besoin d’un titre de séjour et d’une autorisation de travail. Articles connexes : Roms en France et Mesures d’éloignement des Roms de nationalité étrangère en France. Le nombre de Roms en France se situerait entre 20 000 et 25 000. 8 030 Roms de Roumanie et de Bulgarie en situation irrégulière ont ainsi été reconduits par la France dans leur pays d’origine entre le 1er janvier et le 25 août 2010.

L’humoriste rom Horia Tziganus affirmait que dans les relations entre les Roms de Roumanie et la France, tout le monde y gagne : leur président gagne des électeurs xénophobes qui croient voter contre nous, et nous, on gagne l’argent de ces mêmes électeurs, qui nous payent l’aller-retour pour voir nos familles. Merci, merci le gouvernement français, vous êtes vraiment des nôtres. Selon l’association PEROU une évacuation, comme celle de Ris-Orangis en décembre 2013, coûte 125 000 euros. Part des locuteurs du romani parmi les Roms par județ lors du recensement de 2011. Nicolae Păun déplore que les médias, tant roumains qu’internationaux, ne donnent la parole qu’aux nationalistes et aux extrémistes de chaque communauté, occultant ainsi la bonne intégration, le travail et la culture de la majorité des Roms.

Une conférence-débat de l’Association Emmaüs et de Normale Sup Collection : La rue ? Claire Auzias Roms, Tsiganes, Voyageurs : L’éternité et après ? L’habitat et le logement des Rroms de Roumanie en question Collection  Aujourd’hui l’Europe , Éditions L’Harmattan 2007. Emmanuelle Pons, Les Tsiganes en Roumanie : des citoyens à part entière ? Collection  Pays de L’Est  L’Harmattan 2000.