Les Rouart: De l’impressionnisme au réalisme magique PDF

Claude Monet, qui a donné son nom à l’impressionnisme. Ce mouvement pictural est principalement caractérisé par des tableaux de petit format, des traits de pinceau visibles, la composition ouverte, l’utilisation d’angles de vue inhabituels, une tendance à noter les impressions fugitives, les Rouart: De l’impressionnisme au réalisme magique PDF mobilité des phénomènes climatiques et lumineux, plutôt que l’aspect stable et conceptuel des choses, et à les reporter directement sur la toile. Articles détaillés : Écriture impressionniste et Musique impressionniste.


« La récente mise en relief des Rouart semble un défi. Car s’il est un défaut, ou une qualité, qu’on ne peut prêter aux peintres de cette famille, c’est d’avoir eu le désir d’occuper le devant de la scène. Loin d’avoir tout fait pour être connus, ils ont tout fait, pourrait-on dire, pour rester méconnus. Appréciés des seuls amateurs et des historiens de l’art, Henri (1833-1912), Ernest (1874-1942) et Augustin (1907-1997) ont peint dans la lumière qui leur importait : un amour fou des maîtres, ceux qui les avaient précédés, et des contemporains, les impressionnistes, qu’il sont aidés de toutes les manières possibles. Autour d’eux il y a un mystère : non pas tant celui d’avoir été de fabuleux collectionneurs de l’impressionnisme comme Henri, l’ami de Degas, mais celui d’avoir illustré par leurs oeuvres pendant trois générations cette passion de la peinture. Henri, même s’il reste sous l’influence de Corot dont il a été l’élève, exprime un puissant amour de la nature qu’on retrouve chez Ernest, marqué par le dur apprentissage que lui a fait subir Degas. On retrouve chez Augustin ce culte familial de la nature, même si ce « moderne des années trente » tire son inspiration des primitifs. Pour les Rouart, l’art ne se nourrit pas d’une ambition sociale ou mondaine, et ne peut être l’instrument d’une gloire personnelle. C’est pour eux une aventure toute intérieure, secrète et fervente. » Dominique Bona.

Musée d’art moderne André Malraux, Le Havre. L’Académie privilégie l’enseignement du dessin, plus simple à définir dans un corps de doctrine bien structuré pour lequel la copie des modèles de la sculpture antique constitue un idéal de beauté. François Boucher, pourtant l’un de ses membres, en est un exemple. Dans les œuvres d’Antoine Watteau également académicien, des critiques avertis voient des signes avant-coureurs de l’impressionnisme. Johann Heinrich Füssli ou George Romney.

William Blake, William Turner ou Francisco de Goya et même Eugène Delacroix avaient déjà posé les bases d’une nouvelle façon de peindre. Influencés notamment par le réalisme des œuvres de Gustave Courbet, ces artistes privilégient les couleurs vives, les jeux de lumière et sont plus intéressés par les paysages ou les scènes de la vie de tous les jours que par les grandes batailles du passé ou les scènes de la Bible. Salon des Refusés regroupant les œuvres n’ayant pu être présentées au salon de Paris. Ils commencèrent à discuter de tenir leur propre exposition.