Les référentiels du système d’information – Données de référence et et architectures d’entreprise: Données de référence et architectures d’entreprise PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche La géomatique regroupe l’ensemble des les référentiels du système d’information – Données de référence et et architectures d’entreprise: Données de référence et architectures d’entreprise PDF et méthodes permettant d’acquérir, de représenter, d’analyser et d’intégrer des données géographiques. Le mot  géomatique  est issu de la contraction des termes géographie et informatique. La géomatique est étroitement liée à l’information géographique, qui est la représentation d’un objet ou d’un phénomène localisé dans l’espace. Le domaine de la géomatique comprend les SIG.


Les systèmes d’information, tout en occupant une place de plus en plus stratégique dans l’entreprise, se complexifient. Pour y remédier il est important d’en optimiser la structure et notamment de les subdiviser en blocs homogènes et cohérents. Or cette urbanisation du SI passe nécessairement par une urbanisation des données. Les « données de référence » constituent l’ossature informationnelle sur laquelle les applications informatiques fonctionneront.
Cet ouvrage a l’ambition de donner une vue d’ensemble sur les référentiels : en donner une définition, des caractéristiques et une typologie, montrer les enjeux stratégiques qu’ils portent, indiquer comment les concevoir et les piloter, et expliquer leur impact sur les aspects business.

Il est donc plus large que ce dernier. Au Canada, Michel Paradis, un arpenteur-géomètre québécois, fut le premier à utiliser ce terme dans un article publié en 1981 dans la revue Le Géomètre canadien et en avril 1982 dans une conférence prononcée à titre de conférencier invité au congrès du centenaire de l’Association canadienne d’arpentage. Cette discipline est issue de la géographie et des développement de l’informatique. 2004 du secteur de l’information géographique une explosion des usages et un défi d’avenir autour de nouveaux métiers.

Enfin, les SIG professionnels reposent sur des bases de données géographiques telles qu’Oracle spatial, ArcSDE, ou PostGIS. La base de données géographique PostGIS est très puissante, libre, et gratuite. 342Z, quel est son débit d’eau et comment y va-t-on ? Toutefois, pour ne pas trop charger la carte, les croisements ne peuvent dépasser 3 ou 4 variables par carte. Au-delà, il faut faire plusieurs cartes, ou, si les variables sont nombreuses, s’orienter vers des techniques comme l’iconographie des corrélations, pour une représentation sur un graphe unique.

La diffusion des données traitées peut se faire selon plusieurs moyens : soit au travers de clients légers comme les navigateurs Internet, la production d’atlas cartographiques, les systèmes de navigation embarqués à bord des véhicules, etc. La plupart des grandes entreprises, administrations, et collectivités locales sont, à l’heure actuelle, équipées de logiciels SIG pour gérer l’information géographique sur leur territoire de compétences. Une tendance émergente apparaît avec la géocollaboration et certaines sciences participatives qui produisent des données sous forme cartographique. SIG-Var de la direction départementale des territoires et de la mer du Var.

L’équipe SIG propose deux plaquettes d’informations. La première est grand public, et la deuxième cible les acteurs du Var, les administrations et les collectivités. Des références utiles en géomatique , sur www. Commission générale de terminologie et de néologie, Vocabulaire des sciences et techniques spatiales, 2013, 336 p. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 12 novembre 2018 à 13:31. Pour réaliser leur potentiel, les entreprises doivent en permanence améliorer leurs performances et concrétiser leurs projets et objectifs quels que soient les changements qui affectent leur environnement.