Les quatre piliers de la science économique PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. L’innovation est l’action d’innover, c’est-à-les quatre piliers de la science économique PDF de chercher à améliorer constamment l’existant, par contraste avec l’invention, qui vise à créer du nouveau. Son utilisation en tant que buzzword en fait un terme très polysémique en pratique. Le terme innovation vient du mot latin innovare qui signifie  revenir à, renouveler .


 » Sous l’influence grandissante de l’école néoclassique américaine qui a totalement envahi l’enseignement économique depuis les chocs pétroliers, toutes les richesses de la vision keynésienne et marxiste de la réalité économique et sociale ont été indûment dispersées au vent. Le défaut de culture d’une très grande majorité des étudiants dans ce domaine est manifeste et des plus inquiétants – pour eux. Il les laisse démunis face à des menées dont certaines sont purement idéologiques et qui, médiatisées, offrent très peu d’espace à l’esprit critique et, surtout, à l’indépendance d’esprit qui doit être la première attitude de tout scientifique. L’étudiant ou le professionnel est supposé capable de trouver, seul, dans l’immense foisonnement de la littérature économique, les outils dont il a besoin. Un regard porté sur la recherche économique au cours des deux derniers siècles nous a pourtant amené à distinguer quatre grandes convergences, les paradigmes, dans la façon de parvenir à représenter la réalité économique et sociale: l’orthodoxie libérale, le déterminisme révolutionnaire, l’hétérodoxie réformiste et le positivisme institutionnel. L’enseignement des grandes lignes des paradigmes, qui constituent autant de piliers de la science économique, a pour objectif essentiel d’empêcher que les étudiants ne soient entraînés à entrer dans des chapelles où on les tiendrait soigneusement enfermés et à l’air desquelles ils finiraient par s’habituer au point de ne pouvoir respirer à l’extérieur… Ajoutons que proposer quatre visions du même monde était et demeure la seule voie possible pour une connaissance sociale qu’aucun paradigme, même pas les quatre ensemble, n’épuisera jamais.  » A. C.

Innovare quant à lui est composé du verbe novare de racine novus, qui veut dire  changer ,  nouveau , et du préfixe in-, qui indique un mouvement vers l’intérieur. Dans la terminologie juridique au Moyen Âge :  introduire quelque chose de nouveau dans une chose établie , d’où l’acception de renouveler. C’est à cette même période que le mot innover signifie faire preuve d’inventivité, créer des choses nouvelles, sens qu’il a encore en partie aujourd’hui. Ce dernier réinvente le mot et le concept, en en faisant un synonyme de progrès finalisé. Mais dans les années 1970, une vision et une compréhension plus économique s’imposent dans ce secteur, qui ne considère alors plus l’innovation technologique que définie comme invention commercialisée. Selon Patrick Brézillon,  L’innovation est la concrétisation d’une idée nouvelle que s’approprie un public car correspondant à ses besoins ou attentes explicites ou insoupçonnés jusqu’alors.

Selon Arnaud Groff  Pour une entreprise, capacité à créer de la valeur en apportant quelque chose de nouveau dans un domaine donné tout en s’assurant que l’appropriation de cette nouveauté se fasse de manière optimale. L’innovation est un phénomène polymorphe et complexe qui se manifeste au travers de produits, de composants, de services, de procédés, de pratiques sociales ou sportives, de logiciels, de technologie, de business model, etc. Une innovation est un nouveau produit qui a eu du succès. Ainsi donc l’innovation se base sur le désir d’innover, ce désir de faire toujours mieux.

L’outil propre aux entrepreneurs, le moyen grâce auquel ils exploitent le changement en tant qu’opportunité pour créer des activités ou des services différents. L’introduction de processus déjà existants dans d’autres organisations, qui deviennent alors des innovations dans mon organisation. Harley-Davidson, 100 ans d’améliorations sans véritables innovations sinon celle du moteur Porsche. Harley-Davidson, fondée en 1903, n’a jamais vraiment innové. Mais d’amélioration en amélioration, face à Honda et à sa Gold Wing, la marque est encore là. On oppose souvent le kaizen, amélioration continue interne, à l’innovation de rupture.

Elles sont l’équivalent actuel des  grandes  inventions d’hier et correspondent à des nouveaux secteurs d’activité, marchés ou à des catégories de produits. Ce sont de nouvelles catégories générales de biens et de services. Elles sont le plus souvent qualifiées d’ invention . Les innovations spécifiques sont des produits, services, etc. Ce sont elles qui justifient la mise en place d’un management de l’innovation et l’adoption d’un processus d’innovation. L’innovation est un facteur clé de la compétitivité, compétitivité hors-prix et compétitivité par les prix. Au niveau de l’entreprise, elle permet une compétitivité hors-prix par l’inclusion d’avantages compétitifs dans son offre.

La  compétitivité hors-prix  consiste à faire valoir des avantages compétitifs décisifs — autres que le prix de vente — pour l’acheteur et le consommateur potentiel. Elle repose sur la capacité d’innovation et l’amélioration constante de la productivité et de la qualité. Cette forme de compétitivité entraîne généralement une hausse des prix de vente des biens ou services de l’entreprise, mais incite les consommateurs désireux d’une meilleure qualité, qui veulent  monter en gamme , à acheter ses produits. Une politique d’innovation fait référence à un cadre et des mesures de soutien public à l’innovation. Afin de stimuler la compétitivité des régions, certains pays ont par exemple mis en place des Systèmes régionaux d’innovation.

Le management de l’innovation est la mise en œuvre des techniques et dispositifs de gestion destinés à créer les conditions les plus favorables au développement d’innovations. L’innovation , qui est, elle, une des fonctions de l’entreprise, la fonction transverse qui cherche à assurer la production d’un maximum d’innovations, c’est-à-dire d’offres innovantes. La réalisation d’une nouvelle organisation du travail. Ces sources sont typiques de l’innovation participative. Philippe Bihouix et Benoît de Guillebon ont effectué avec l’association des centraliens une analyse approfondie des effets de l’innovation technique sur la consommation des métaux.

Une preuve que l’innovation nécessite une organisation agile favorisant la rencontre. Le post-it est un exemple d’innovation inattendue, conçue par accident et commercialisée en dehors d’un processus traditionnel de création de nouveau produit. La sérendipité est un ingrédient essentiel des processus d’innovation dans le sens où les innovations viennent souvent des rencontres imprévues entre différents acteurs. Comment les innovations surgissent vraiment dans les entreprises ? Nutrasweet, Canon et la technologie du Bubble-Jet. Pour eux, comme pour Walter Cannon, la sérendipité se produit lorsque des accidents favorables arrivent à des individus perspicaces. C’est la conjonction d’un évènement imprévu et de la sagacité de l’observateur qui fait la découverte par sérendipité.

Faire la liste de tout le personnel avec, en regard de chaque nom, ce que chacun sait des opérations de l’entreprise et que personne d’autre ne sait. Gamble en ont fait un des éléments clés de leur politique d’innovation ouverte. Larry Keeley, vient, après une recherche d’une dizaine d’années, d’en proposer une beaucoup plus complète, mais beaucoup plus complexe. Cette innovation se focalise sur la mise en œuvre d’un nouveau type de modèle d’entreprise pour un produit et service existant. L’innovation du modèle d’affaires nécessite souvent une modification importante des méthodes de production. Exemple : Red Bull et le concept de sports extrêmes.