Les propriétés et les bienfaits des céréales PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Modèle spatial de la molécule du glutathion. La sphère jaune représente l’atome réducteur de soufre qui apporte la les propriétés et les bienfaits des céréales PDF antioxydante. Les sphères rouges, bleues, blanches et grises représentent respectivement les atomes d’oxygène, d’azote, d’hydrogène et de carbone.


Redécouvrir les céréales, ces petites graines aux mille saveurs que la nature nous prodigue en abondance, voilà ce que nous propose Caroline Gauthier. Pour le simple plaisir – gourmands que nous sommes ! mais aussi pour leurs effets si bénéfiques sur notre santé, faisons-leur une large place sur notre table et savourons-les avec bonheur. Qu’il s’agisse de l’avoine, du seigle, du blé, du maïs ou du sarrasin, ou de celles que nous connaissons moins, comme l’orge, l’épeautre, le quinoa ou le kamut, elles sont merveilleuses pour le corps puisqu’elles renferment de précieux éléments nutritifs, comme des fibres, des protéines, des minéraux, des vitamines et des enzymes. Quel trésor de santé! Ce guide pratique nous informe sur leur valeur nutritionnelle et, surtout, sur leurs nombreuses vertus diététiques et thérapeutiques.

Un antioxydant est une molécule qui ralentit ou empêche l’oxydation d’autres substances chimiques à leur contact. L’oxydation fait partie d’une réaction d’oxydoréduction qui transfère des électrons d’une substance vers un agent oxydant. Cependant, les organismes possèdent un système d’antioxydants et d’enzymes qui agissent ensemble pour empêcher l’endommagement des composants des cellules comme l’ADN, les lipides et les protéines. Dans les années 1990, les résultats d’importantes études scientifiques sur les antioxydants se sont révélés encourageants.

Il s’est ensuivi une promotion médiatique effrénée des aliments contenant des antioxydants, et l’explosion des ventes d’antioxydants en complément alimentaire. Les études suivantes, portant notamment sur des compléments alimentaires, ont donné des résultats contrastés. Les premières recherches biologiques sur les antioxydants concernèrent la réduction de l’oxydation des acides gras insaturés, cause du rancissement. L’activité antioxydante était facilement mesurée en enfermant des corps gras dans des récipients hermétiques avec de l’oxygène, puis en vérifiant le taux d’absorption de ce dernier. Les mécanismes possibles des antioxydants ont été étudiés à partir du moment où l’on a compris qu’une substance antioxydante devait être elle-même facilement oxydable.