Les plus beaux lacs des Pyrénées PDF

Pyrénées françaises situé dans le massif les plus beaux lacs des Pyrénées PDF Carlit. C’est le point culminant du département des Pyrénées-Orientales avec une altitude de 2 921 mètres. Son nom est issu du massif dans lequel il se trouve.


Avec plus de 1500 lacs, la chaîne des Pyrénées détient la plus forte densité lacustre des montagnes d’Europe. Une abondance qui n’engendre cependant jamais la lassitude puisque tous ces lacs sont très différents. La variété commence avec la terminologie : localement, les lacs prennent le nom d’étang, estagn, estagnot, laquet, gourg, boum, illeous, estañy, estagny, ibon, ibonet, laguna… Avec les plans d’eau des régions granitiques, schisteuses, ou plus rarement calcaires, on peut répertorier trois grandes catégories de perspectives. Il y a des lacs de cuvette, des lacs éparpillés dans des replats, des lacs de vallées, des lacs reclus au coeur de profondes gorges, des lacs morainiques, des lacs de surcreusement, ou des lacs dont l’existence est liée aux mouvements de la tectonique. Cet ouvrage montre le chemin – contemplatif ou sportif, selon l’envie de chacun – de plus de 150 plans d’eau pyrénéens.

Le fleuve Têt prend sa source sur le pic, en faisant la principale réserve d’eau du département des Pyrénées-Orientales. Le pic tire son nom du massif du Carlit. En 1912, dans le Bulletin pyrénéen, il est mentionné  l’orthographe classique est Carlitte, la prononciation locale est Carlit et le  t  très bref prononcé, à peine ébauché, n’a rien de la consonne traînante et gasconne qu’appellerait la vieille orthographe. Cependant, la forme Carlitte semble être une transposition française de la prononciation catalane, plus proche de Cardid, première forme attestée par les chartes médiévales. Le nom de Carlit est constitué de la racine pré-indo-européenne kar, désignant la pierre, et que l’on retrouve notamment dans une soixantaine de toponymes des Pyrénées-Orientales, souvent sous la forme quer. Elle est suivie d’un premier suffixe ancien, -d, auquel s’est ajouté le diminutif latin -ittum. Vue des lacs et étangs autour des Bouillouses depuis le sommet du Carlit.

Le Carlit est le réservoir d’eau des Pyrénées avec, dans son massif, plusieurs lacs et étangs mais surtout le fleuve Têt, principal cours d’eau des Pyrénées-Orientales d’une longueur de 100 kilomètres qui prend sa source sur le versant septentrional. L’ère quaternaire finit de former le massif et le pic grâce à l’alternance de périodes froides et tempérées. Ainsi la période glaciaire profile le paysage actuellement visible qui donne sa forme au sommet du Carlit, et dans la vallée du Capcir. Le climat subocéanique froid s’étend de l’Ossau au pic Carlit.

Avec ce climat, le pic Carlit est très exposé aux perturbations. Avec ses lacs et ses étangs, une grande variété de poissons est présente. L’on y recense entre autres les truites fario et arc-en-ciel. Chaque année des alevinages sont réalisés pour soutenir la reproduction. La pêche est soumise à régulation. Le 11 décembre 2015, un arrêté établi par la ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’Énergie et le ministre de la Défense, concernant la région Capcir, Carlit et Campcardos place la zone sous la protection réseau Natura 2000. La première ascension de ce sommet a été réalisée par le pyrénéiste Henry Russell en 1864.

Le pic Carlitte grâce à son isolement et à son altitude, un des plus beaux sommets des Pyrénées. L’ascension est possible même à des randonneurs peu expérimentés. Lanoux qui dessert la face Nord qui est la plus difficile. De ce côté, il faut compter 300 mètres de dénivelé dans les éboulis dans la partie finale, sans difficulté majeure à part la pente et le terrain instable.

La partie finale demande cependant l’utilisation des mains car le terrain n’est pas si facile même pour un randonneur. Du refuge CAF des Bouillouses, une boucle est possible en gravissant le Carlit, en longeant les étangs du Lanoux, en passant par la Portella de la Grava et en longeant le lac des Bouillouses. Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, 1990, 796 p. Fabricio Cárdenas, 66 petites histoires du Pays Catalan, Perpignan, Ultima Necat, coll. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 24 octobre 2018 à 11:34. Une rue du centre bourg la nuit. En fusionnant avec l’ancienne commune de Saint-Lary, l’ancienne commune de Soulan forme une exclave de la commune actuelle, fondée le 1er janvier 1964. D 123, via la commune voisine de Vielle-Aure.

Le pic de Hèche Castet, au sud du lac d’Aubert. L’exclave de Soulan s’étend sur une quinzaine de kilomètres d’est en ouest, de part et d’autre du lac de l’Oule, jusqu’à la crête d’Espade. La commune de Saint-Lary-Soulan se compose de deux exclaves séparées par les communes de Cadeilhan-Trachère et de Vignec. Carte de la commune de Saint-Lary-Soulan et des proches communes. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l’Atlantique amenant de la pluie.

Saint-Lary-Soulan fait partie de la communauté de communes Aure Louron, créée au 1er janvier 2017 et qui réunit 47 communes. L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Rugby à XV Le Club olympique Saint-Lary-Soulan, engagé en 3e division fédérale pour la saison 2017-2018. 1 700 mètres d’altitude, au Pla d’Adet et à Espiaube. Il est accessible par téléphérique ou par route. Différentes activités sont aussi disponibles dans cette station : trois kilomètres de promenades à pied, des thermes, un espace ludique Sensoria Rio mais aussi deux musées, celui de l’ours et celui du patrimoine.