Les Manuscrits de Gonzaga PDF

La forme latine de son nom est Angelus Politianus : il l’avait choisi d’après le toponyme romain de sa ville d’origine, Mons Politianus. Ange Politien est né en 1454. En raison de la mort prématurée de son père, il partit à Florence, chez un cousin. Il reçut sa formation au sein les Manuscrits de Gonzaga PDF l’atmosphère humaniste florentine.


Italie dès avant la chute de Constantinople en 1453. Grâce à ses liens avec les membres de l’académie des Careggi, il entre, en 1473, au service de Laurent le Magnifique qui lui confie plusieurs charges. Après la conjuration des Pazzi dirigée contre les Médicis, en 1478, Politien quitte Florence en 1479, à la suite de désaccords avec la famille des Médicis, et surtout avec Clarisse, l’épouse de Laurent. Sous la forme rhétorique habituelle des correspondances, apparaît le véritable respect marqué par Barbaro, lui-même un des plus grands humanistes du temps, envers Politien. Ange Politien est représenté à gauche dans le groupe des humanistes qui figurent dans la fresque de Domenico Ghirlandajo  Apparition de l’ange à St Zacharie  peinte en 1486 dans l’église Santa Maria Novella à Florence. Mais Politien a surtout laissé le souvenir d’un philologue exceptionnel, par sa compréhension des problèmes de traduction des textes et les choix d’édition qui sont les siens. La naissance de Vénus, tableau de Botticelli qui s’inspirerait d’un passage des Stances.

Ces deux livres sont consacrés à la description du coup de foudre de Iulio, jeune chasseur rétif à l’amour, attiré par Cupidon auprès d’une jeune et belle nymphe, Simonetta, dont il tombe amoureux. L’amour le pousse alors à exécuter pour elle une action de gloire : un tournoi. C’est là que s’interrompt le poème. Les Stances sont donc une célébration de l’amour entendu comme apaisement et harmonie. L’élément idyllique se retrouve dans la description de la nature. Julien, c’est bien sûr toute la famille Médicis qui est célébrée. Politien écrivit des introductions aux Silves de Stace, sur l’Institution oratoire de Quintilien, sur Perse et sur Suétone.