Les contes de Grimm : Version intégrale PDF

Précédant d’au moins un demi-siècle Charles Perrault, et deux siècles avant les frères Grimm, l’œuvre constitue le premier recueil littéraire européen entièrement composé de les contes de Grimm : Version intégrale PDF. Les Grimm furent à l’initiative de la traduction allemande par Felix Liebrecht de 1846.


 » Les Contes de Grimm « , qui n’en a jamais entendu parler ? Cette œuvre fait partie de l’imaginaire collectif. Elle traverse les époques sans prendre une ride et touche toutes les générations, aussi bien les enfants que les adultes. Si cet ouvrage vous donnera l’occasion de redécouvrir les contes les plus célèbres des frères Grimm, tels Hansel et Grethel, Cendrillon, Blanche- Neige ou Les musiciens de Brême, il vous permettra également de plonger dans un univers inconnu et fascinant, qui mêle le rêve, la magie et le suspense. Voulez-vous rencontrer Le. Diable et sa grande mère Frissonner enlisant L’histoire de celui qui s’en alla apprendre la peur ?Vous esclaffer devant les mésaventures des Sept Souabes ? Il ne tient qu’à vous d’entrer. Ce monde merveilleux et palpitant…

Ce recueil fut pendant longtemps le meilleur et le plus riche trouvé par une nation. Non seulement les traditions à cette époque étaient-elles en elles-mêmes plus complètes, mais l’auteur avait un talent spécial pour les collecter et, de plus, une connaissance intime du dialecte. Les contes de Giambattista Basile sont ancrés dans la Basilicate et dans les paysages de la Campanie, où il a passé la plus grande partie de sa vie parmi les nobles locaux. Quoi que son père fasse pour la divertir, elle ne rit jamais.

Aussi le roi fait-il installer une fontaine d’huile près de leur porte, dans l’espoir que voir des gens essayer d’échapper aux jets d’huile et glisser réussira à la dérider. Une vieille femme essaye de prendre de l’huile, mais un page brise sa cruche en jetant un caillou. Alors, la vieille hurle et se met tellement en colère qu’elle sautille sur place, découvrant son entre-jambes. Zoza, qui assiste à la scène, finit par exploser d’un grand éclat de rire, mais cela irrite plus encore la vieille femme. Zoza, par la suite, retrouve le prince et Lucia, l’esclave, qui est désormais son épouse. Zoza ouvre les trois fruits que les fées lui ont donnés : de la noix sort un nain chanteur, de la châtaigne une poule et des poussins d’or, et de la noisette une poupée qui file de l’or.

La reine-esclave, tombée enceinte entre-temps, menace d’écraser Giorgio, l’enfant qu’elle porte, si elle n’obtient pas ces objets. Alors la vieille, qui n’avait pas la langue dans sa poche et n’aimait pas qu’on lui chatouille la croupe, se tournant vers le page, l’entreprit ainsi : « Ah, chenapan, fripon pisseux merdeux, culeron sans cervelle, saltimbanque à grelots, graine de potence, âne bâté ! Les poussins aussi ont des prétentions ! Que la peste t’étouffe et que ta mère l’apprenne ! Puisses-tu ne pas passer le printemps !

Le texte a été traduit en allemand par Felix Liebrecht en 1846. La préface de l’édition rend compte de la genèse et des principes de cette traduction. Le recueil est de plus illustré de planches gravées de l’illustrateur George Cruikshank, qui ne suit pas l’ordre des contes dans le recueil, mais regroupe généralement des vignettes concernant plusieurs histoires différentes sur la même page. Dans Les Contes de ma mère l’Oye avant Perrault de Charles Deulin, recueil publié en 1878, figure la traduction en français de six histoires extraites du Pentamerone.