Le petit livre Angélique PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est le petit livre Angélique PDF pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


« Ce mini livre de méditation et de pensées angéliques se divise en neuf chapitres présentant les maximes essentielles inspirées par les neuf chœurs des anges, chaque cœur ayant sa spécificité : la volonté, la sagesse, la clairvoyance, l’abondance, la libération, l’illumination, l’amour, la réussite et le sens de l’existence. Feuilletez, piochez au hasard afin de puiser de la force, de la quiétude et du bonheur… Ayez la force angélique toujours près de vous ! François Bernad-Termes, dit Haziel, est issu d’une famille de « Marranes », lignée dont les ancêtres juifs se sont convertis aux christianisme au XV° Siècle, lors de l’expulsion des Juifs d’Espagne. Ces Marranes, aussi appelés nouveaux Chrétiens, ont gardé et transmis, de génération en génération, la partie ésotérique de la Bible, qu’est la Kabbale, qui permet de comprendre clairement tous les mystères de l’œuvre Divine. Baptisé à huit jours, sous le nom de François (François-Haziel, dans les archives de sa paroisse), de Luc et de Baudouin, il a eu une enfance heureuse dans les villes espagnoles de Gérone et de Figuéras, près de la Frontière française. Il a eu une enfance heureuse, sous l’autorité de parents fortunés, mais accompagnée d’une très rigide éducation catholique ( tour à tour Enfant de cœur, Enfant de Marie, Enfant de la Montagne des Anges) sous l’autorité sage et bienveillante, mais très sévère des Jésuites. Après l’enseignement secondaire et un diplôme de philosophie, ainsi qu’un passage à l’Ecole de Journalisme de Madrid, Haziel devient officier assimilé lors de son service militaire : Ecole Nautica de Barcelone, et école de Sous-Officiers de Cadix. Finalement, il obtient une licence d’enseignement et devient professeur d’Espagnol et de philosophie (pour des classes de terminale), de Culture et de sciences humaines (pour des préparations aux grandes écoles) à l’institut Charlemagne pendant plusieurs années. Dès l’adolescence et jusqu’aujourd’hui, sa connaissance de la kabbale (l’ésotérisme chrétien) s’est développé. Elle a progressé, a gagné en précision. Il a produit une œuvre majeure, contenant ses réflexions et son savoir en matière de Kabbale, d’astrologie et d’Angéologie, allant jusqu’à démocratiser la connaissance de l’Angéologie en France et dans d’autres pays d’Europe, avec notamment « le grand livre des Invocations et des exhortations » et « notre Ange Gardien existe ». »

Après une enfance heureuse et campagnarde de fille de hobereau de province, Angélique est promise en mariage, contre son gré, à un riche seigneur de Toulouse, de douze ans son aîné, le comte Joffrey de Peyrac. Louis XIV et de l’infante Marie-Thérèse d’Autriche à Saint-Jean-de-Luz, auquel ils ont été invités, Joffrey est arrêté sur ordre du roi. Peu à peu, elle arrive à émerger de cet état de déchéance, et, grâce à la nouvelle mode du chocolat, parvient à faire fortune. Louis XIV, la marquise de Montespan, dont elle déjoue une tentative d’assassinat. Après quelques mois passés dans son château du Plessis, portant le double deuil de son second époux et de son second fils, Angélique revient à la Cour, où elle va s’illustrer en tant qu’ambassadrice du roi.

Malgré la passion du roi, plus forte de jour en jour, Angélique continue à se refuser à lui. Ayant acquis la certitude que Joffrey avait en fait survécu et que sa trace s’arrêtait à Marseille, Angélique déjoue la surveillance du roi et de Desgrez, l’ancien avocat de Joffrey devenu policier, et se lance à la recherche de son mari. Marseille, une nouvelle piste s’ouvre et Angélique s’embarque. Ramenée en France, elle est gardée dans son château du Plessis sous la surveillance du capitaine de dragons Montadour, jusqu’à ce qu’elle fasse acte de soumission au roi et accepte de devenir sa maîtresse. Bien que les conditions de cette soumission soient humiliantes, Angélique s’y résout pour sauver ses enfants de sa propre disgrâce.

Au cours de la navigation vers le Nouveau Monde, Angélique reconnaît dans le Rescator son mari. Après quinze années de séparation, pendant lesquelles chacun a dû survivre, les retrouvailles sont passionnées et tumultueuses. Au cours d’un voyage en Nouvelle-Angleterre, elle accouche prématurément de jumeaux, Raimon-Roger et Gloriandre, à Salem, aidée de deux quakeresses guérisseuses, Ruth et Naomi. Pour l’héroïne, les auteurs se sont inspirés de la marquise du Plessis-Bellière. Sans jamais tomber dans la mièvrerie, ce personnage de la femme éternelle est profondément attachant. En face, son époux Joffrey, comte de Peyrac, est le type du gentilhomme d’aventure, entreprenant, homme de cœur, et qui, malgré un caractère très masculin, voire un tantinet machiste, ne peut s’empêcher de tomber sous le charme de sa séduisante épouse.

Peut-être en raison de son succès et des films qui voulurent en faire une bleuette années 1960, l’œuvre d’Angélique est entachée d’une certaine réputation de  roman de gare  ou  à l’eau de rose . Louis XIV dont Angélique est à peu près l’exacte contemporaine. Par l’intervention de multiples personnages réels, l’auteur donne une notable épaisseur historique à son œuvre. Beaucoup de personnages véridiques sont cités, avec quelques libertés parfois, mais toujours avec un fond de vérité. Il serait trop long d’énumérer tous les personnages connus qui s’insèrent dans ce roman.