Le matériel roulant dans le systeme ferroviaire PDF

Un train de passagers en Croatie. Train sur une le matériel roulant dans le systeme ferroviaire PDF régulière, aux Pays-Bas.


Le livre Matériel roulant dans le système ferroviaire est un ouvrage technique destiné aux amateurs avertis comme aux professionnels de l’industrie. Rédigé par des ingénieurs de plusieurs grandes sociétés européennes, appartenant à sept nationalités, il fait le point sur les techniques modernes appliquées au matériel roulant, tout en plaçant celui-ci au sein d’un système ferroviaire en forte évolution, déterminée par l’ouverture des frontières. Il comportera 3 tomes publiés en français et en anglais. Ce premier tome familiarise le lecteur avec le monde ferroviaire et le matériel roulant par une approche historique, suivie par une description du système ferroviaire. Cette description, fondée en particulier sur l’analyse des directives européennes d’interopérabilité et de sécurité et des règlements et normes qui leur sont associés, se poursuit par une description technique de deux interfaces essentielles entre le matériel roulant et l’infrastructure, suivie par un exposé sur la maîtrise du cycle de vie du matériel.

Diesel sur les lignes non encore électrifiées. Bien avant l’invention de la voie ferrée, on appelait  train  une file de chevaux de bât, une suite ordonnée d’hommes et de bêtes de charge accompagnant une personnalité éminente en déplacement, un convoi de bateaux rendus solidaires, pour mettre en commun les équipages et parfois l’énergie du vent. Nicolas Wood traduit en 1835 par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Franquet de Franqueville, ne comportaient pas de détail phonétique. Plus tard, linguistes et érudits, à l’instar de Pierre Larousse, avalisent tacitement ce choix, arguant que le mot ancien français avait bien franchi la Manche avant de s’intégrer au lexique technique anglo-saxon. Le train, terminologie des chemins de fer, provient du verbe traîner, comme l’indique le Grand Larousse de 1923. Ouest, en particulier de Normandie, des hommes de métiers ou de services, appelés par les premières mais se mêlant plus facilement aux populations locales.

C’est plutôt par ce dernier biais que les Anglo-saxons ont emprunté le terme. France avant 1838 que des locomotives importées de Grande-Bretagne. Ce n’est qu’en 1840 que débute une production locale concurrentielle. Il faut signaler que, avec le temps, certains usages bien antérieurs du terme français, train, ont pâti de l’irruption de ce sens spécifique. Cette étymologie est fantaisiste au niveau historique : aucun service de l’armée impériale n’était nommé ainsi. Article détaillé : Histoire des chemins de fer.

Cependant, des convois formant un train ont été signalés bien auparavant. La généralisation du système ferroviaire a été permise par la mise au point de la machine à vapeur, mais de nombreux systèmes alternatifs ont été utilisés au début, pour faire face au manque de puissance de celle-ci, ou pour s’adapter à des situations particulières, notamment la traction par chevaux, ou par câble, ainsi que l’utilisation de la simple gravité quand la pente le permettait. 1900 environ, l’apparition de moteurs électriques puissants et suffisamment compacts a permis l’apparition de la traction électrique, toujours utilisée à l’heure actuelle. Ce mode de traction nécessite cependant que la ligne sur laquelle le train circule soit équipée, soit d’une caténaire, soit d’un troisième rail, alimenté en électricité. L’entre-deux-guerres verra l’apparition de locotracteurs diesel puis progressivement de locomotives diesel dans l’après guerre. Les années 1950 sont la charnière entre disparition de la traction à vapeur et développement des moteurs thermiques. C’est également à cette époque que l’on observe l’apparition de locomotives capables de fonctionner sous une tension alternative.