Le manuel d’Épictète PDF

Nicomédie vers 85, mort après 146. Né à Nicomédie, le manuel d’Épictète PDF capitale de la province de Bithynie en Asie mineure, Arrien est un homme de culture et de langue grecques.


Le manuel d’Épictète expose les principes philosophiques qui mènent au stoïcisme, doctrine qui permet de mener une vie heureuse et juste. Ce texte court est un résumé de l’enseignement d’Epictète écrit par un de ses élèves, où sont donnés, de manière logique et illustrée d’exemples quotidiens, les idées fondamentales qui permettent un accès à la sagesse.

Ses parents sont des notables, qui possèdent la citoyenneté romaine. Vers l’an 107, Arrien s’engage en tant qu’officier de cavalerie. Anabase ou Expédition d’Alexandre : description des campagnes militaires d’Alexandre le Grand, en sept livres. Histoire de la Bithynie, sa région natale, des origines à l’annexion par Rome en 75 av. Cynégétique : bref traité sur la chasse, complément à celui de Xénophon. Quand Arrien était gouverneur de Cappadoce, celle-ci était en butte aux attaques de turbulents voisins : les Alains, des barbares.

Photius signale qu’Arrien avait écrit un ouvrage plus général sur les Alains, dont ce fragment est peut-être extrait. Felix Jacoby, Fragmente der griechischen Historiker, II B, 156. Au sujet des conditions de cette édition, voir Ilsetraut et Pierre Hadot, Apprendre à philosopher dans l’Antiquité, Livre de Poche, 2004. Et aussi : Arrien, Périple du Pont-Euxin, Texte établi et traduit par A. Ordre de bataille contre les Alains : texte grec — traduction anglaise. Ilsetraut et Pierre Hadot, Apprendre à philosopher dans l’Antiquité, Livre de Poche, 2004. Dictionnaire des Philosophes Antiques, tome I.

Pierre Vidal-Naquet,  Flavius Arrien, entre deux mondes , dans la notice à Anabase, traduction de Pierre Savinel, Editions de Minuit, 1984. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 27 juillet 2018 à 12:38. La personne humaine, pour vivre heureuse n’a d’autre choix qu’accepter ce déterminisme basé sur les lois de la nature, cette attitude est appelée l’amor fati par Nietzsche. Cicéron nous a toutefois transmis des débats de l’époque hellénistique qui nous renseignent assez bien sur l’ancien stoïcisme. Le stoïcisme constitue l’une des principales philosophies de la période hellénistique, avec l’épicurisme et le scepticisme.

Cette doctrine procède à des divisions du discours philosophique, divisions qui servent à l’exposé de la doctrine, et à son enseignement. Il apparaît donc naturel de suivre ces divisions dans cet article. La philosophie se divise en trois parties, suivant en cela la division des vertus à leur niveau générique : la vertu physique, la vertu éthique et la vertu logique. Il semble que Cléanthe se soit écarté de cette division : il en donne six, la dialectique, la rhétorique, l’éthique, la politique, la physique, la théologie. Si nous suivons Posidonios et le témoignage d’Ammonios sur ce point, alors les trois parties sont à la fois distinctes, solidaires, et indissociables.

La science n’est donc pas, pour le stoïcien, une partie de la sagesse. Que devra alors connaître le sage ? La philosophie construit ainsi seule toute son œuvre. Ces occupations ont une valeur instrumentale pour le sage, dont seul il possède l’habitus vertueux. Conduisez-moi, Zeus et toi Destinée, vers où vous l’avez disposé pour moi.

Mais si je devenais méchant et si je ne le voulais pas, je ne suivrais pas moins. Est dit  quelque chose  tout ce qui dans la nature existe ou n’existe pas. Le quelque chose a pour contraire les  non-quelques-choses , i. Tous les existants sont des corps. Ces incorporels sont dits  subsistant  — car, par exemple, une fiction dans l’esprit n’a de réalité que dans la pensée. Ce dernier cas semble néanmoins montrer l’existence d’une division supplémentaire du quelque chose : ce qui n’est ni corporel ni incorporel.

Les corporels seuls sont dits existant. Ils distinguent quatre espèces d’incorporels : le dicible, le vide, le lieu et le temps. Les existants sont des entités individuelles corporelles qui appartiennent à la fois aux quatre genres du corporel, mais tout  quelque chose  est une entité individuelle : être quelque chose, c’est donc être une chose particulière, corporelle ou incorporelle. Puisque l’existence est, chez les stoïciens, corporelle, et que ce qui agit sur un corps est un corps, l’action est la propriété des corps seuls : la vertu et le savoir sont ainsi des réalités corporelles.

Cette ontologie pose quelques problèmes pour expliquer l’action causale d’un incorporel sur un corps. Aristote, il y a un sens dérivé, selon lequel une chose qualifiée peut avoir le statut d’un substrat ou de la matière par rapport à autre chose. Elle est une chose en tant que non qualifiée. Son existence en tant que substrat lui attribue une existence pure et simple sans qualités.