La tortue d’Eschyle et autres morts stupides de l’Histoire PDF

Caricature de Charles Darwin dont le nom est emprunté pour ce prix qui récompense la tortue d’Eschyle et autres morts stupides de l’Histoire PDF’évolution de la stupidité humaine. La distinction est nommée en l’honneur de la théorie de l’évolution de Charles Darwin, alors que les prix sont remis par le biais du Web ou par courriel.


« Prendre la mort du bon côté avec cet ouvrage plein d’humour noir signé de tout un collectif d’érudits à l’esprit potache !»
– Europe 1
« Bravo à tout ce beau monde ! Au cardinal qui n’a pas raté sa mort, aux auteurs qui n’ont pas raté leur livre.»
– Le Canard enchaîné
« Un livre d’histoire, intelligent et drôle. À lire absolument !»
– L’Express

Nos manuels d’histoire n’ont retenu que les morts héroïques, nous avons déterré les morts stupides.
100 récits vivants, sérieux et drôles à la fois.
Chaque récit met en scène les derniers instants du personnage en racontant brièvement son parcours et en montant en épingle sa mort. Le plaisir que le lecteur trouvera dans ce livre réside dans le décalage entre l’importance historique du personnage et le côté stupide ou absurde de sa mort. Les récits sont regroupés dans des chapitres thématiques comme « les trop gourmands », « les trop galants », « les trop curieux », « les trop sensibles », « les trop exposés » ou encore « les trop snob »… Daniel Casanave illustre une vingtaine de ces histoires avec un dessin original, drôle et enlevé.

Florilège de quelques morts stupides :
Eschyle (v. 525-456 av. J.-C.) Tragédien grec : crâne fracassé par une tortue tombée des serres d’un aigle
Frédéric Barberousse (1122-1190) Empereur : noyé pour s’être baigné en armure.
Mgr Daniélou (1905-1974) Cardinal et théologien : mort « en épectase » chez une prostituée parisienne.
Isabelle Eberhardt (1877-1904) Orientaliste : noyée dans le désert.
Dumont d’Urville (1790-1842) Navigateur : revenu vivant de l’Antarctique, meurt en banlieue parisienne dans le premier accident de chemin de fer.
Pauwels (1864-1894) Anarchiste : tué par l’explosion de sa propre bombe.
Félix Faure (1841-1899) Président de la République : sans commentaire.
Féraud (1759-1795) Député à la Convention : massacré et décapité par la foule, qui l’a pris pour un de ses collègues, Fréron.
J.-B. Lully (1632-1687) Compositeur : se frappe l’orteil avec sa canne et meurt d’une gangrène faute d’hygiène.
Maurice Berteaux (1852-1911) Ministre de la Guerre : en inaugurant un meeting aérien, décapité par une hélice d’avion.
William Henry Harrison (1773-1841) Président des USA pendant un mois : succombe d’une pneumonie après avoir prononcé son discours d’investiture dans le froid.

Elle envoyait ces histoires à ses amis, qui les propageaient à leur tour à leurs amis, ce qui a valu en retour à Wendy de recevoir un abondant courrier d’un peu partout. Lorsque les serveurs de l’université de Stanford devinrent congestionnés à la suite du trafic, elle déplaça le site web original vers darwinawards. Wendy Northcutt rencontra quelques difficultés pour publier le premier livre basé sur ces histoires, puisque la plupart des éditeurs ne lui offraient un contrat que si elle acceptait de retirer les histoires d’Internet. Les commentaires des histoires publiées par Northcutt n’étaient pas tous positifs, et elle recevait parfois des courriels de personnes connaissant le défunt. Une telle personne lui écrivit :  C’est horrible, cela a choqué notre communauté au plus profond de nous-même. Le site web reconnaît également, avec des  Mentions honorables , les personnes qui survivent à leurs mésaventures avec leurs capacités de reproduction intactes.

Bien que la plupart des lauréats n’aient reçu le prix qu’à titre posthume, l’auto-stérilisation est admissible. Des  mentions honorables  sont remises aux personnes qui, malgré des efforts méritoires, ne se sont pour autant pas éliminées d’elles-même du patrimoine génétique. Larry Walters dit  Lawnchair Larry , qui attacha un ballon-sonde gonflé à l’hélium à une chaise de jardin et s’envola avec, atteignant une altitude de 16 000 pieds. Par exemple, une automobile aurait été emportée par une fusée JATO, tuant son  pilote  en s’écrasant contre une montagne. La personne candidate doit être morte ou rendue stérile.

Parfois, cela peut être un sujet de litige. Les gagnants du prix, en général, sont soit morts, soit devenus incapables d’utiliser leurs organes sexuels. La personne candidate doit avoir un jugement étonnamment stupide. La folie du candidat doit être unique et sensationnelle, probablement parce que le prix est destiné à être drôle. Un certain nombre d’activités folles mais communes, comme fumer au lit, sont exclues de l’étude. La personne candidate doit avoir causé sa propre disparition.

La personne candidate doit être capable de jugement. L’histoire doit être documentée par des sources fiables : par exemple, des articles de journaux réputés, des reportages télévisés confirmés ou des témoins oculaires responsables. Si une histoire est jugée fausse, elle est disqualifiée, mais celles qui sont particulièrement amusantes sont placées dans la section légende urbaine des archives. Cartographie des chiffres des différences sexuelles entre les gagnants des prix Darwin, 1995-2014. Les gagnants des prix Darwin hommes et femmes.

Sur les 332 prix, 14 étaient partagés par des hommes et des femmes, 282 avaient été remis à des hommes et seulement 36 à des femmes. Extrait de l’article du journal 20 Minutes du 16 décembre 2014. Plus sérieuse est l’influence de l’alcool. La différence peut s’expliquer largement par le comportement des deux sexes face à l’alcool.

Sous l’empire de la boisson, les hommes semblent développer un sentiment d’invincibilité particulier. Extrait de l’article du journal Le Monde du 15 décembre 2014. Plusieurs livres sur les meilleures histoires ont été publiés. New York, Facts on File, Inc. John Hawkins, sur le site rightwingnews.