La Theorie des Oppositions et la Theologie du Peche au Xiiie Siecle PDF

Mer Méditerranée, sur un navire reliant les îles Baléares. La Theorie des Oppositions et la Theologie du Peche au Xiiie Siecle PDF cherche à s’adresser à toutes les intelligences, chrétiennes ou non, dans la langue de ses interlocuteurs. Il opère par un jeu d’explications et de déductions, une combinaison des divers principes théologiques et philosophiques pour convaincre de la vérité chrétienne.


Considéré comme l’un des inventeurs du catalan littéraire, il est le premier à utiliser une langue néo-latine pour exprimer des connaissances philosophiques, scientifiques et techniques. Son œuvre en prose a constitué un important référent pour la fixation du catalan écrit standard. Lulle est entre autres, écrivain, missionnaire et théologien franciscain. C’est l’une des personnalités les plus importantes du Moyen Âge en théologie et en littérature.

Le Testament de l’art chimique universel, imprimé à Cologne en 1566, serait apocryphe. Lulle fut béatifié et il est considéré comme saint en Catalogne. La majeure partie des informations concernant les étapes de la vie de Raymond Lulle ainsi que les dates proviennent, en première source, de son œuvre autobiographique La Vie contemporaine. C’est notamment par cet ouvrage que sont connus les détails les plus intimes de sa vie avant ses trente ans.

Portrait de Raymond Lulle en 1315. D’après Umberto Eco, le lieu de sa naissance fut déterminant pour la destinée de Lulle. Blanca Picany qui lui donna deux enfants : Domingo et Magdalena. Il devint très jeune le page du second fils du roi, avec qui il fut initié aux arts de la guerre. Son intelligence fut remarquée et il fut nommé précepteur de l’infant Jacques, premier fils du roi Jacques Ier et futur roi de Majorque. Durant ces années à la cour, la vie de Raymond fut mondaine, joyeuse, voire luxueuse et ostentatoire.

On lui connaît plusieurs liaisons dont certaines clairement adultères. Même si cet aspect de la vie de Lulle fut par la suite exagéré pour mettre en valeur sa conversion mystique, il est probable que son comportement ne différait guère de celui de ses contemporains. Statue de Raymond Lulle à l’Université de Barcelone. Les impressions profondes provoquées par ces visions le poussèrent à vendre ses biens.

Il versa les fonds à son épouse et à ses fils en tant qu’héritage anticipé. Puis il abandonna sa famille pour partir prêcher. Il renonça alors à la vie de cour et de poète-troubadour et à sa famille. Lorsqu’il était sénéchal de la table du roi de Majorque, Raymond, jeune encore, se consacrait à composer de vaines chansons et des vers et autres vanités mondaines. Une nuit, il était assis près de son lit en train de composer et d’écrire en sa langue vulgaire une chanson pour une dame, qu’il aimait alors d’un amour insensé.

Lorsqu’il commença à l’écrire, il vit le Seigneur Jésus-Christ. Après sa conversion de 1265, il décida de se consacrer uniquement à la conversion des infidèles, et cette résolution le plongea dans un tel état d’exaltation que sa famille s’en inquiéta. En 1275, on fit nommer un administrateur de ses biens. Une légende raconte ainsi la cause de la conversion de Raymond. La légende raconte que Raymond Lulle pendant sa jeunesse était un homme très amoureux qui utilisait la poésie des troubadours pour conquérir les belles dames. Vers 1265, Raymond Lulle, alors marié avec Blanche Picany, poursuivait une dame avec son cheval. La dame, identifiée comme Ambroise Castelló, entra dans une église pour fuir, convaincue que le jeune amoureux n’oserait pas entrer dans un lieu sacré.

Jacques II de Majorque l’année suivante. Couronnement à Majorque de Jacques II, protecteur et mécène de Raymond Lulle. Lulle rêvait de voir s’ouvrir dans toute la chrétienté des séminaires de missions lointaines. Il se mit à prêcher aux portes des mosquées et des synagogues, où il ne fut pas toujours bien accueilli par les fidèles de ces lieux de culte. Durant ses voyages, il écrivit de nombreuses œuvres pour démontrer ce qu’il considérait comme des erreurs des philosophes et des théologiens des autres religions. En partant de propositions communes aux trois religions du Livre, il montrait par combinaison que d’autres propositions étaient ou n’étaient pas compatibles avec ces premiers prédicats. L’année suivante il voyagea à Rome pour soumettre aux autorités religieuses ses projets de réforme de l’Église.

Une fois de plus, personne ne l’écouta à cause de ses demandes répétées de fonds pour entreprendre une croisade et convertir les infidèles de Terre sainte. Comme ses demandes n’étaient pas acceptées, il rejoignit en 1295 l’ordre franciscain de Rome, dans l’espoir qu’un moine saurait mieux convaincre les prélats qu’un simple laïc. Ce fut la première fois que Raymond Lulle put franchir le parvis d’un lieu de culte pour y exprimer ses idées. De 1300 à 1302, il entreprit un voyage à Chypre où ses plans d’apostolat furent aussi mal accueillis qu’en Europe.

Ses démarches, toujours vaines, le conduisirent des milieux universitaires de France à ceux d’Italie, et auprès du pape Clément V. En 1305, Lulle proposa une seconde version de sa méthode pour récupérer la Terre sainte : le projet Rex Bellator qui se basait sur l’unification des ordres militaires sous la responsabilité d’un prince chrétien, célibataire ou veuf. En 1307, Raymond Lulle effectua son second voyage en Afrique du Nord pour prêcher. Le moine fut l’un des rares survivants du naufrage et réussit à rejoindre la côte italienne après une dure lutte dans la tempête. Il fut commencé sous le pape Nicolas IV et terminé alors que son Siège était vide.

Pape qui venait alors d’être nommé : Clément V en 1305. En parallèle, Arouad était tombé et le dernier missionnaire de l’ordre du Temple venait d’être capturé. L’expédition devait suivre la route d’Almería à Ceuta, puis longer le Nord de l’Afrique jusqu’en Égypte, poursuivre jusqu’à Jérusalem et être appuyée par la flotte. Les almogavares devaient servir de troupe de choc. Lulle y proposa deux voies pour la reconquête de la Terre sainte : au nord, les franciscains avec les ordres hospitaliers, et au sud, Jacques II avec les ordres péninsulaires. Le projet avait l’aval du roi Jacques II d’Aragon.