La perdrix grise. Collection Faune sauvage. PDF

Ubaye, sur la route de Vars. Fouillouse, à 1900 mètres, dans un petit vallon isolé à l’est au pied de la perdrix grise. Collection Faune sauvage. PDF’aiguille de Chambeyron, cher à l’abbé Pierre.


Hameau de Maurin, au nord, près des sources de l’Ubaye, à presque 2 000 mètres d’altitude. De cette carrière provient une partie du marbre utilisé pour faire le tombeau de Napoléon Ier, aux Invalides. Saint-Paul et Maljasset, les deux villages sont distants d’une centaines de mètres seulement et se situent tous deux à environ 1 500 m. Les Gleizolles, en aval de Saint-Paul. Tournoux, sur les hauteurs des Gleizolles.

Elle est traversée par les sentiers de grande randonnée GR 5 et GR 6. Comme l’indique le nom de la commune, Saint-Paul est traversée par l’Ubaye, qui y prend sa source. Le village de Saint-Paul a également été une station de ski alpin grâce à un téléski implanté en face du village et donc de l’Ubaye, son accès se faisait par un pont qui fut emporté par l’Ubaye il y a peu. Le village est toujours fréquenté par des pistes de ski de fond.

Aucune des 200 communes du département n’est en zone de risque sismique nul. Dans la liste qui suit, figurent les tremblements de terre fortement ressentis dans la commune. Des vestiges ont été mis au jour à Saint-Paul, Tournoux, Gleisolles. C’est à Mustiæ Calmes que le patrice Mummol a battu les Lombards en 571 ou 576. Ce juriste embrassa une carrière militaire.

En effet, lors de l’invasion des troupes de l’Archiprêtre, il aurait pris la tête, avec Guillaume de Barras, d’une troupe de fantassins et de cavaliers. Saint-Paul se donna en 1383 au comte de Savoie, sans réactions de son suzerain. En 1388, le reste de la vallée suit Saint-Paul. De ce fait, l’Ubaye reste savoyarde jusqu’au traité d’Utrecht de 1713. Saint-Paul paroissiale est ravagée et doit être reconstruite en partie. Le 3 septembre 1939, lors du début de la Seconde Guerre mondiale, ordre est donné d’évacuer la population située entre les fortifications de la ligne Maginot et la frontière.

L’entrée en guerre de l’Italie, et l’évacuation de tous les civils vers La Motte-du-Caire puis la Lozère, n’a lieu que le 10 juin. Mairie de Saint-Paul-sur-Ubaye et sa fontaine. L’école porte le nom de feu Émile Signoret, ancien maire de la commune. De 1988 à 2000, la surface agricole utile a fortement décru, passant de 1560 à 580 ha, dont seulement 24 hectares de céréales. Chambeyron et les massifs marquant la limite avec le Queyras.

Ubaye, qui se confond avec le territoire de la commune, est l’une des plus sauvages et les mieux préservées de France. La plupart des sommets dépassent 3 000 m, ce qui en fait une zone de haute montagne. La vallée se termine par le col de Longet, accessible uniquement par un sentier qui communique avec l’Italie. Le site des forts de Tournoux se trouve au croisement de deux vallées et des routes permettant l’accès au col de Vars et au col de Larche.

Dès 1703, l’intérêt stratégique du site est signalé par le maréchal de Berwick et par Vauban. L’amélioration des routes d’accès aux cols va entraîner la construction des forts de Tournoux à partir de 1840. Les forts sont construits pour pouvoir abriter 1 500 hommes en profitant d’une crête rocheuse face au confluent de l’Ubaye et de l’Ubayette. L’observatoire était aussi prévu pour permettre des communications optiques entre Toulon et Briançon. Les bâtiments étaient alimentés par un téléphérique à partir de La Condamine-Châtelard. Un vaste réseau de galeries souterraines et de salles souterraines a été creusé pour assurer la sécurité des soldats. 1893-1895 : construction du poste extérieur du Serre de l’Aut.

La progression de la puissance de l’artillerie a nécessité de renforcer les protections des forts après 1930. Il a participé aux combats contre l’armée italienne, en 1940, puis a été occupé par l’armée allemande en 1943. Les forts ont participé aux combats de la Seconde guerre mondiale. Ils sont aujourd’hui sans utilité militaire.