La Guerre asymétrique ou la Défaite du vainqueur PDF

Soldats estoniens de la coalition internationale en Irak en train d’effectuer une patrouille la Guerre asymétrique ou la Défaite du vainqueur PDF les rues de Bagdad en février 2005. Irak, qui a confronté les Occidentaux à une opposition difficile à débusquer puisque mêlée à la population la plupart du temps. Marines américains entraînés au maintien de l’ordre par la gendarmerie française en décembre 2014. Les militaires engagés dans des opérations de guerre asymétrique doivent souvent réagir à des mouvements de foules.


Terrorisme, violence et « choc des civilisations » se sont substitués au spectre de la Troisième Guerre mondiale. Le 11 septembre 2001 en a été la manifestation spectaculaire, et le Proche-Orient démontre au quotidien combien la nature de ces conflits est complexe. A la froide planification de stratégies sophistiquées succèdent des conflits où l’émotion domine. Ce ne sont plus les rapports de force qui donnent l’avantage, mais la capacité de maîtriser les perceptions.
Souvent galvaudée, l’expression de  » guerre asymétrique  » désigne une forme de conflit où le  » faible  » pousse le  » fort  » à une réaction qui transforme les succès tactiques en défaite stratégique. La guerre contre le terrorisme lancée par l’Occident, les Etats-Unis en tête, est efficace contre des terroristes, mais pas contre le terrorisme.
La lutte contre le terrorisme passe donc par la compréhension des mécanismes asymétriques. De la non-violence au terrorisme, les stratégies asymétriques ont souvent été couronnées de succès, parce que mal comprises en Occident. Dans ce livre original et passionnant, l’auteur analyse les causes de ces nouveaux conflits et propose des schémas d’interprétation.

D’une façon générale, une guerre asymétrique est une guerre du faible au fort, avec une cible collatérale faible et sans défense, comme le fils pour le père ou la population et l’administration civile pour une autorité contestée avec ses forces policières et militaires. Ce qui la différencie d’une guerre dissymétrique, du fort au faible, avec des cibles militaires dans des opérations militaires. La guerre asymétrique est mieux représentée par le couple terrorisme et propagande. Les guerres asymétriques ne sont pas forcément délimitées à la surface d’un État, mais peuvent englober le monde entier, partout où le pays visé est représenté. Le phénomène des conflits asymétriques serait moins lié à la distinction des guerres entre États et autres puissances que par le recours au relais médiatique de l’un des acteurs du conflit. La complexité des guerres asymétriques demande le recours à la pensée complexe pour les comprendre et les clore par dialogue.

Les guerres asymétriques opposent un État fort à un ennemi faible disposant de très peu de moyens. Les principales formes de guerres asymétriques sont le terrorisme et la guérilla. Au premier siècle sont apparus des mouvements terroristes destinés à lutter contre l’occupant romain. Les sicaires, en Judée, ont pour pratique de trancher la gorge de l’ennemi. Ils ne s’appliquent pas à fuir et méprisent les conséquences de leur geste : capture, torture, exécution. Leur acte s’effectue selon des référents religieux.

Assassins sont un mouvement chiite ismaélien opposé à Bagdad. Le terrorisme moderne peut être divisé en cinq grandes phases. La première phase est le terrorisme anarchiste à partir des années 1880. Il est dirigé essentiellement contre les empires et les monarchies.