La force de persuasion : Du bon usage des moyens de persuader et de convaincre PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Persuasion est le dernier roman de l’auteur anglais Jane Austen, publié posthumément en décembre 1817 mais daté de 1818. Le roman est regroupé en un volume double avec Northanger Abbey, le premier des grands romans de Jane Austen, écrit en 1803 mais resté non publié jusque-là. Outre le thème de la persuasion, le roman évoque d’autres sujets, tels que la Royal Navy, dont l’importance ici rappelle que deux des frères de Jane Austen y servaient, pour parvenir plus tard au rang la force de persuasion : Du bon usage des moyens de persuader et de convaincre PDF’amiral.


Vous devez négocier, soutenir des projets, obtenir un accord, mobiliser, motiver, infléchir une décision, justifier une réforme, défendre un programme, promouvoir un changement, décrocher un emploi… ? Il n’y a pas de leadership ni d’ascendant, de pouvoir ni d’efficacité sans une bonne capacité à influencer. Gagner l’adhésion ne va pas de soi. Cela demande du savoir-faire et du tact. En effet, ce qui persuade n’est pas toujours ce que l’on croit. Pour mieux comprendre à quoi tient la force de persuasion, l’auteur décrit les moyens d’influencer et de convaincre et met l’accent sur : la nécessité de réintroduire de l’intelligence et de la rigueur dans nos argumentations ; les effets pervers des ruses de la raison : manipulation, séduction, effets d’annonce ; l’impact du conditionnement social : intimidation, imitation, contagion des idées. Chercher à persuader est un acte fort et responsable qui engage et implique. Tenter de convaincre est légitime mais pas n’importe comment ni à n’importe quel prix.

Cordialité et spontanéité, ou réserve prudente ? En toile de fond se trouve donc la défaite française face aux forces alliées, l’abdication et l’exil de Napoléon à l’île d’Elbe en avril 1814, et la signature d’un traité de paix avec la France le 30 mai. Henry Austen y parle, par exemple, du goût de sa sœur pour le poète William Cowper, que l’on retrouve dans Persuasion au travers de la description des beautés naturelles des environs de Winthrop ou de Lyme Regis. Frontispice du tome II de La Famille Elliot, édition de 1828. Article connexe : Les traductions de Jane Austen en français. Une traduction, par Pierre Goubert, préfacée par Christine Jordis, paraît en avril 2011 chez Gallimard, dans la collection folio classique.

Anne sa sœur Mary, si malade, lui dit-elle, qu’elle peut à peine parler. Anne Elliot, beauté fanée et effacée de vingt-sept ans, est la seconde fille de Sir Walter Elliot, un baronnet veuf et vaniteux. Elizabeth, tient de son père la vanité de sa position. Sa plus jeune sœur, Mary, encline à se plaindre sans cesse, a épousé Charles Musgrove de Modèle:Lan, l’héritier d’un riche propriétaire des environs. Pourtant, lorsqu’elle avait 19 ans, elle était tombée amoureuse de Frederick Wentworth, mais s’était laissé persuader de rompre leurs fiançailles par les conseils de sa protectrice et amie, Lady Russell, qui lui avait fait valoir que cet officier de marine en début de carrière, ambitieux mais sans relations et à l’avenir incertain, n’était pas un parti digne d’elle.