La Face Cachée des Gangs de Rue PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Les bandes de rue à Montréal sont apparues vers la fin des années 1980. D’après une étude de la criminologue Karine Descormiers, la taille d’un gang de rue varie entre 8 et 230 membres. Un tiers des 35 gangs répertoriés ne sont pas affiliés la Face Cachée des Gangs de Rue PDF deux réseaux rivaux Crips et Bloods.


Maria Mourani brosse ici un tableau des gangs de rue qui sont apparus à Montréal vers la fin des années 1980. Elle décrit l efficacité criminelle de certains d entre eux et comment ils ont connu leur apogée depuis leurs alliances avec certaines organisations criminelles comme les motards. Que ce soit les Crips ou les Bloods, les gangs de rue sont devenus des « institutions » commerciales qui ont su développer des relations de « partenariat » avec les dominants du marché illicite. À l image du crime organisé, les gangs de rue visent à devenir aussi fortunés et puissants que les motards ou les mafias. D ailleurs, ces bandes brassent des millions de dollars et possèdent déjà des entreprises, indice d une certaine « maturation » dans le milieu criminel. Maria Mourani est née à Abidjan (Côte d Ivoire) et a émigré au Québec en 1988. Criminologue et sociologue, elle a travaillé comme agente de libération conditionnelle pour le Service correctionnel canadien ainsi que comme éducatrice dans les Centres jeunesse de Montréal.

Le service de police a dénombré huit meurtres reliés aux gangs de rue en 2008 et 14 en 2007. Crips et Bloods sont deux marques de commerce de terreur par lequel un réseau de cellules décentralisés s’identifient. Les Crips sont souvent apparues comme étant de la couleur bleue, et les Bloods comme étant de la couleur rouge. Les Bloods se situeraient dans les secteurs Cote-Vertu, Nord-est, Cote Des Neiges, Saint-Francois, Montréal-Nord et Rivière-des-Prairies, Saint-léonard et les Crips sont situé dans le west island de montreal 68 c’est Pierrefonds et et aux alentours du centre de la ville ainsi que Saint-Michel, Pie-IX et Duvernay. Le chef est cependant inconnu des Montréalais. Maria Mourani, La face cachée des gangs de rue, éd. Dossier sur les gangs de rue sur Canoe.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 10 janvier 2019 à 21:06. Lorsqu’elle fut députée, elle créa la Loi C-452, modifiant le code criminel afin de protéger les victimes d’exploitation sexuelle et de traite des personnes. Elle collabora à l’implantation d’une « liste noir » des cellulaires volés au Canada. Elle est reconnue comme une spécialiste des gangs de rue, du crime organisé et de la traite des personnes, particulièrement en prostitution juvénile.

Depuis 2013, elle mène des recherches sur les Occidentaux qui rejoignent les groupes djihadistes. Avant de devenir députée, Maria Mourani, qui a une formation de sociologue et de criminologue, a occupé les fonctions d’agente de libération conditionnelle pour le Service correctionnel du Canada. Maria Mourani a publié le 3 octobre 2006 un livre intitulé La Face cachée des gangs de rue, qui traite de la croissance du phénomène des gangs de rue dans la région de Montréal. En 2009, elle étend ce sujet dans un deuxième ouvrage, Gangs de rue inc. Le 15 août 2008, à Beyrouth, Maria Mourani a été décorée de la médaille d’honneur de l’Union libanaise culturelle mondiale.