La cuisine chinoise : recettes exotiques pour fins gourmets PDF

Elle est constituée de poissons, de riz ou de nouilles, de légumes la cuisine chinoise : recettes exotiques pour fins gourmets PDF d’algues, généralement assaisonnés avec des condiments locaux. Des artisans de l’époque Muromachi préparant un thé. Article détaillé : Histoire de la cuisine japonaise. Tirant ses origines des traditions des peuples de chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire, la cuisine japonaise se nourrit pendant près de 2 000 ans d’influences chinoises et coréennes.


Elle est influencée pendant longtemps par les pratiques bouddhiques végétariennes, la consommation de viande étant prohibée pendant plusieurs siècles, ainsi que par l’apport chinois des nouilles ou de la sauce soja. Parmi les réformes, l’empereur lève l’interdiction de consommer de la viande rouge, et promeut la cuisine de l’Occident, qui était perçue comme la cause de la grande taille des Occidentaux. L’adaptation de ces plats aux goûts et ingrédients locaux donne naissance à de nouvelles recettes propres au Japon. Il est aussi habituel de manger le soir dans de petits restaurants ou bars comme les izakaya, ou encore dans des yatai. Il existe de plus de nombreuses spécialités plus ou moins locales, certaines s’étant répandues dans l’ensemble du Japon, comme l’okonomiyaki, originaire d’Ōsaka et de Hiroshima, ou les takoyaki d’Ōsaka.

Articles détaillés : Type de cuisine japonaise et cuisine régionale japonaise. La plupart de ces cuisines suivaient le principe ichijū sansai jusqu’à l’époque d’Edo, mais sont aujourd’hui composées de plus d’une dizaine de plats. Il existe aussi une multitude de cuisines locales, la plus célèbre étant la cuisine d’Okinawa. De plus, de nombreux plats, pâtisseries ou boissons sont liés à des fêtes japonaises. Nouvel An, ou encore une tradition consistant à manger du poulet aux alentours de Noël. Il existe aussi des boissons qui sont bues dans des occasions particulières, comme l’amazake, un alcool de riz bu lors de Hina Matsuri, ou encore l’amacha, thé bu lors de Hana matsuri.

Les plats de la cuisine japonaise peuvent pour la plupart être catégorisés suivant la façon dont les ingrédients sont cuisinés. Dans la cuisine japonaise, les aliments devant être découpés pour être saisis avec des baguettes, la coupe a donc une importance capitale au Japon. La cuisine japonaise, considérée comme saine et équilibrée, s’est répandue dans les années 1990 à travers le monde. France notamment, où ils connaissent un franc succès.

Cependant, le vocable de  cuisine japonaise  désigne dans le monde des habitudes de consommation très diverses, et pour la plupart assez éloignées des habitudes de consommation japonaises. De plus, la structure d’un repas traditionnel japonais est rarement respectée à l’étranger. La boisson traditionnelle des Japonais est le thé, que l’on trouve souvent servi à volonté dans les restaurants, chaud ou froid. Il est aussi courant de trouver des sodas au Japon et des boissons à base de thé.

La consommation d’alcool est principalement constituée de bière. La consommation européenne de la cuisine japonaise est centrée autour des sushis et des yakitori, devenus des emblèmes nationaux. De plus, certains restaurateurs français se sont approprié les goûts des sushis et présentent maintenant des sushis qui appartiennent à une fusion de la cuisine japonaise et française, comme la chaîne Sushi Shop. Le teppanyaki a été adapté aux pratiques américaines. C’est la chaîne de restaurants japonaise Misono qui est à l’origine de ce style de cuisine, introduit en 1945. Unis se rapproche donc d’une cuisine fusion.

Toutes cependant ne partagent pas cette origine. Toutes ces pâtes peuvent être consommées chaudes ou froides suivant les saisons et se déclinent en de nombreux plats principaux. Le riz est à la base de l’alimentation japonaise. Il existe aussi des en-cas à base de riz comme les onigiri.

Dans la cuisine japonaise, soupes et bouillons sont consommés à chaque repas. Il est régulièrement utilisé comme base pour les plats mijotés ou bouillis. Sa composition varie en fonction des régions du Japon. Les plats de fruits de mer ou de poissons crus japonais sont surement les plats les plus emblématiques à l’étranger de la cuisine japonaise. Les ingrédients sont les mêmes que le sushi, y compris la sauce, mais sans canapé de riz.

Il existe aussi de multiples recettes de poissons mi-cuits comme le tataki. Japon et déclinés au travers de nombreuses spécialités. Unis où on compte de nombreux restaurants spécialisés dans ce type de plats. En général, ces derniers sont vendus en kiosque pour être emportés ou consommés dehors. Il existe diverses techniques de fritures où varient les ingrédients de la pâte à beignet éventuelle ainsi que les éventuels traitements avant la cuisson qui sont pratiqués sur les aliments.