La callopsitte élégante PDF

En 2014, il a reçu 165 000 visiteurs. Le parc ouvre le 23 avril 1972 avec un personnel essentiellement familial. La colline hébergeant le parc la callopsitte élégante PDF nue de végétation et les structures de taille réduite.


Ils recueillaient les animaux sauvages blessés retrouvés par les habitants. Devant le nombre de plus en plus important d’animaux ainsi soignés, l’idée du parc fit son chemin et devint réalité : le 23 juillet 1972, l’Espace zoologique ouvrait ses portes. Petit à petit, après de nombreuses années de travail, le parc et sa colline ont profondément changé. En 1981, la première maison des gorilles est construite, suivie, par la construction d’une seconde en 1993. En 1995 le zoo voit la première naissance de gorilles en captivité. Parmi les nombreux animaux peuplant le zoo de Saint-Martin-la-Plaine, les grands singes sont les mascottes. Le parc chimpanzés et des gorilles des plaines de l’Ouest.

Parmi ces derniers, Alexis et Platon sont particulièrement mis en avant. Premier gorille arrivé au parc en août 1974, Alexis est décédé subitement d’une crise cardiaque le 14 avril 2007. Platon, véritable icône du parc, est mort durant l’été 2008 à l’âge de 37 ans. Il souffrait d’une maladie respiratoire depuis de nombreuses années. Parmi les grands singes qui peuplent le parc, l’un d’eux présente un intérêt tout particulier. Il s’agit de Digit, une femelle gorille abandonnée par sa mère à sa naissance en 1998, qui fut élevée par Pierre et Éliane Thivillon.

Elle rencontra des problèmes de santé dès ses premiers mois, mais en sortit indemne. Elle mangea et dormit à leur côté pendant des années. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le parc œuvre pour la sauvegarde d’espèce par le biais de son association Tonga Terre d’Accueil créée en 2007, à la suite de la saisie par l’administration de l’hippopotame Tonga qui appartenait depuis sept ans à un cirque itinérant.

L’animal, mal soigné, est recueilli par le zoo de Saint-Martin-la-Plaine, soigné puis renvoyé en Afrique, dans la réserve de Sanwild. THIVILLON Éliane et Pierre, BEAU Philippe, CHRISTOPH Lucien, Maman, pourquoi le monsieur y parle aux singes ? Un gorille dans la famille, film documentaire de 2007, réalisé par Quincy Russell et coproduit par Mona-Lisa Production, France 3, France 5, Animal Planet Europe et la Région Rhône-Alpes. Reportage sur Digit, une gorille, ainsi que sur le couple Thivillon, propriétaire du parc. Témoignage sur la cohabitation entre les deux espèces. Espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine : Pierre Thivillon ou l’homme qui murmure à l’oreille des gorilles , sur biofaune. Rhône – Alpes, Fréquentation 2014 des sites touristiques Culturels et de loisirs , sur ro.

Chiffres clés du tourisme , sur pro. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 28 novembre 2018 à 16:20. En 2014, il a reçu 165 000 visiteurs.

Le parc ouvre le 23 avril 1972 avec un personnel essentiellement familial. La colline hébergeant le parc était nue de végétation et les structures de taille réduite. Ils recueillaient les animaux sauvages blessés retrouvés par les habitants. Devant le nombre de plus en plus important d’animaux ainsi soignés, l’idée du parc fit son chemin et devint réalité : le 23 juillet 1972, l’Espace zoologique ouvrait ses portes. Petit à petit, après de nombreuses années de travail, le parc et sa colline ont profondément changé.

En 1981, la première maison des gorilles est construite, suivie, par la construction d’une seconde en 1993. En 1995 le zoo voit la première naissance de gorilles en captivité. Parmi les nombreux animaux peuplant le zoo de Saint-Martin-la-Plaine, les grands singes sont les mascottes. Le parc chimpanzés et des gorilles des plaines de l’Ouest.

Parmi ces derniers, Alexis et Platon sont particulièrement mis en avant. Premier gorille arrivé au parc en août 1974, Alexis est décédé subitement d’une crise cardiaque le 14 avril 2007. Platon, véritable icône du parc, est mort durant l’été 2008 à l’âge de 37 ans. Il souffrait d’une maladie respiratoire depuis de nombreuses années. Parmi les grands singes qui peuplent le parc, l’un d’eux présente un intérêt tout particulier. Il s’agit de Digit, une femelle gorille abandonnée par sa mère à sa naissance en 1998, qui fut élevée par Pierre et Éliane Thivillon. Elle rencontra des problèmes de santé dès ses premiers mois, mais en sortit indemne.