La berline, le retour de Varennes PDF

Joseph La berline, le retour de Varennes PDF, Antoine Barnave, Paris, musée Carnavalet. Anonyme, Antoine Barnave, château de Versailles.


La berline, c’est l’imposante voiture qui transporte Marie-Antoinette, Louis XVI et leurs enfants, lors de leur fuite manquée des 20 et 21 juin 1791. L’objectif était de rejoindre le bastion royaliste de Montmédy. S’appuyant sur cet événement décisif en criant à la trahison du roi, les anti monarchistes n’auront de cesse d’accréditer l’idée d’instaurer une république en France. Dès la fin d’après midi du 23 juin et jusqu’au 25 juin 1791, de Varennes à Paris, dans la berline, deux univers se rencontrent, se découvrent, s’affrontent : la famille royale, et Mme de Tourzel d’un côté, de l’autre Antoine Barnave et Jérôme Pétion, députés délégués par L’Assemblée nationale. Durant plus de deux jours et deux nuits, au milieu des cris, des êtres que tout séparait suivent le même chemin, qui les conduira à la mort pour la plupart. Ecrin d’un huit clos extraordinaire, la berline avance. Le choc des destins se prolonge la nuit, lorsque Marie-Antoinette et Barnave tentent de nouer une alliance. Le style de l’auteur, direct, concis, et pourtant fiévreux, emporte l’intelligence et le coeur du lecteur en lui donnant à voir dans La berline ce huis clos authentique où l’écrivain a simplement rempli le silence des mémoires.

La même année, il perd un frère plus jeune. Barnave joue rapidement un rôle important, d’abord au sein de la députation du Dauphiné en soutien de Mounier. Ce dernier penche pour un compromis monarchique, s’opposant à la prise du pouvoir par la Constituante. Barnave est un des rares orateurs à pouvoir rivaliser avec Mirabeau.

Il acquiert par son éloquence un peu froide et son ardent amour pour la liberté une influence et une popularité importantes. En mai 1790, un conflit ponctuel oppose l’Espagne et l’Angleterre et pose le problème du pacte de famille franco-espagnol, et donc des pouvoirs du roi en matière de déclaration de guerre. Le 1er août, Barnave est élu maire de Grenoble. Il accepte dans un premier temps, mais se désiste quelques mois plus tard, invoquant les contraintes de son mandat. Cependant Barnave et ses amis, partisans du suffrage censitaire, défendent le droit de propriété. Ils se sentent dépassés par une gauche démocrate et égalitaire.

Carte d’entrée à la salle du Manège signée par Barnave. En décembre 1790, Barnave, qui se représente à la présidence de l’Assemblée, est battu par Charles Antoine Chasset. Mmes Adélaïde et Victoire, Barnave dépose un amendement pour interdire à tout membre de la famille royale de s’éloigner de Paris. Après la mort de Mirabeau, la Cour cherche de nouveaux alliés notamment auprès du triumvirat. Barnave et ses amis fondent le 27 avril un nouveau journal, le Logographe, qui affiche sa confiance dans une monarchie limitée.

Caricature de Barnave en politicien jouant double jeu. Louis XVI est arrêté à Varennes. Pendant les trois jours que dure le voyage de retour, Barnave est touché par les malheurs de Marie-Antoinette. Il entame avec elle une correspondance secrète par l’intermédiaire du chevalier de Jarjayes.