L’écrivain-reporter au coeur des années trente PDF

Le livre de poche, traduit de l’écrivain-reporter au coeur des années trente PDF’italien par Georges Piroué, Denoël, 1970, p. Le Duomo, cœur de la ville de Prato.


La tentation du reportage destiné à la grande presse n’a épargné presque aucun des écrivains des années trente : Carco, Cocteau, Cendrars, Soupault, Simenon, Kessel, Malraux et combien d’autres encore, se sont lancés, sous le patronage de la figure mythique d’Albert Londres, dans le genre incertain de l’enquête, pour le plus grand plaisir des lecteurs du Matin, de Paris-Soir ou de Voilà. Phénomène aussi remarquable que méconnu de la vie culturelle de l’Entre-deux-guerres, la vogue de l’écrivain-reporter soulève quelques unes des questions essentielles que se pose alors la littérature, à mi-chemin du livre et du journal, de l’écriture et de l’action.

Malgré de brillantes études et son jeune âge, il choisit de se mettre en danger et s’engage, dès 1914, dans l’armée française. Ernest Hemingway et son Adieu aux armes de 1929. Les mots vont lui permettre d’exprimer ses idées politiques — Viva Caporetto, republié sous le titre La Révolte des saints maudits, est d’ailleurs trois fois saisi et censuré entre 1921 et 1923. Il adhère au parti fasciste en septembre 1922. En 1924, sous le nouveau régime, il administre plusieurs maisons d’édition, y compris celle de La Voce de Giuseppe Prezzolini.

Dans la foulée de l’assassinat de Matteotti, il est parmi les défenseurs le plus fervents des  escadrons des intransigeants . Il devient pour un temps un théoricien du fascisme. Malaparte se tient à mi-distance des deux courants tout en écrivant des articles strapaese pour le journal Il Selvaggio. En 1928, il devient directeur de la revue L’Italia letteraria et, en 1929, rédacteur en chef de La Stampa de Turin. Photo d’une statue en pierre représentant Boccace.

Le changement d’état civil est officialisé en 1929. Ses papiers d’identité ne feront plus mention de Kurt Suckert, mais de Curzio Malaparte. Il se dit dans la lignée de Filippo Lippi. Toscan d’adoption  choisit ainsi de s’ancrer dans le monde toscan. Ce qui lui vaudra bien des critiques. Jamais je n’ai aimé une femme, un frère, un ami comme j’ai aimé Febo , écrit Malaparte dans La Peau. Il semblerait que les changements politiques qui se sont opérés à partir de 1925 aient commencé à décevoir les espoirs de révolution sociale qui avait initialement attiré Malaparte vers le fascisme.

En raison de ce livre et du caractère soi-disant individualiste de ses écrits, on lui retire son poste à La Stampa. Mais plus gravement, il est condamné par le régime. En fait, selon Maurizio Serra, il n’y restera que quelques mois. Le 12 juin 1935, soit un an et huit mois après son arrestation et un peu moins de trois ans avant la fin de la sanction qui lui avait été infligée, il est remis en liberté conditionnelle,  par un acte de clémence de S. En 1941, avec Le soleil est aveugle, il poursuit cette condamnation du régime en condamnant l’agression italienne contre la France.