Il n’y a ni mort ni peur: Une sagesse réconfortante pour la vie PDF

Pourquoi les algues vertes sont-elles toujours là ? Combien de CO2 pèsent un mail, une requête Web et une clé USB ? Surfer sur le Net, envoyer un email, télécharger des documents, il n’y a ni mort ni peur: Une sagesse réconfortante pour la vie PDF partager : toutes ces actions ont un poids pour la planète, d’autant plus important que nous sommes actuellement 1,5 milliard d’internautes à naviguer sur le Web quasi quotidiennement, tant pour notre vie professionnelle que personnelle.


Nous avons beau savoir que la vie est véritablemen
précieuse, nous ne savons pas toujours l’apprécier à sa juste valeur. Parois même, nous nous y accrochons avec une peur terrible de l’inconnu, la peur d’être confronté au néant total au moment de la mort. Avec son mélange habituel de philosophie, de petites histoires et de méditations guidées, Thich Nhat Hanh nous conduit à un examen minutieux de la mort, de la peur et de la nature de l’existence comme le font les moines bouddhistes depuis deux mille cinq cents ans. L’auteur parvient à rendre ces pratiques et ces enseignements accessibles à tout un chacun en explorant les mythes traditionnels sur notre manière de vivre et de mourir. Si nous comprenon
qu’il n’y a ni naissance ni mort, juste une continuation, nous serons libérés de la peur et nous pourrons vivre pleinement notre vie

2008 réalisé par l’agence d’évaluation environnementale BIO Intelligence service pour la Commission européenne. Ce chiffre devrait doubler d’ici 2020, si nous ne changeons pas nos modes de vie. Chaque jour, c’est une inflation de messages qui se bousculent dans nos boîtes : des courriels professionnels, des messages personnels mais aussi d’innombrables newsletters, chaînes de mails ou publicités. En France, chaque salarié, dans une entreprise de 100 personnes, reçoit en moyenne 58 courriels par jour et en envoie 33. En cause, l’utilisation d’énergie engendrée par le fonctionnement des ordinateurs de l’émetteur et du destinataire du mail, la production de cet ordinateur et notamment de ses composants électroniques — puisque l’ACV, contrairement au bilan carbone, étudie l’impact environnemental intégral d’un élément — ainsi que le fonctionnement des data centers, qui stockent et traitent les données.

Le but de l’Ademe n’est bien sûr pas d’inciter à préférer les courriers traditionnels aux mails mais d’expliquer comment en faire usage d’une manière plus respectueuse de l’environnement. Pour réduire cette pollution, l’ACV pointe en premier lieu l’importance du nombre de destinataires. Le stockage des mails et des pièces jointes sur un serveur est aussi un enjeu important : plus le courriel est conservé longtemps, plus son impact sur le changement climatique sera fort, assure l’Ademe. Enfin, plus attendu, l’un des postes majeurs d’émissions de gaz à effet de serre liés aux emails réside dans leur impression. 5 tonnes équivalent CO2 sur un an dans une entreprise. C’est le propre d’Internet : se balader de page en page et de lien en lien sans fin.