Foujita: Foujita et ses amis du Montparnasse PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Une réorganisation foujita: Foujita et ses amis du Montparnasse PDF une clarification du contenu paraissent nécessaires.


Le rapport de Foujita à l’autre, aux amis – ce grand voyageur en eut beaucoup, dans le monde entier – est pétri d’humour, de simplicité, d’élégance, et de spontanéité poétique. Dès son arrivée à Paris en 1913, il rencontre Picasso avec lequel il restera ami. Et après lui tous les jeunes loups de l’Ecole de Paris, loués par Cendrars, Apollinaire, Cocteau… Ils partagent tout : modèles, rues, ateliers, cafés et partent en voyage ensemble. Leurs oeuvres sont nourries de ces échanges multiples comme en témoignent les nombreuses illustrations de cet ouvrage.

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Le cimetière du Montparnasse et la tour Montparnasse. Au sens commun, le quartier du Montparnasse comprend les pentes de la colline éponyme, célèbre pour l’effervescence artistique qui y a pris place au cours des Années folles, et dont les contours ne correspondent pas trait pour trait au quartier administratif. Situé dans le nord de l’arrondissement, le quartier du Montparnasse correspond à un espace initialement peu habité entre Paris et Montrouge, sur le versant sud d’une colline artificielle de gravats qui a été arasée, surnommée  mont Parnasse . La sculpture du Lion de Belfort, sur la place Denfert-Rochereau.

L’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, fermé en 2011, et l’hôpital Cochin. Le boulevard du Montparnasse, où sont implantés certains des plus célèbres cafés artistiques et littéraires de Montparnasse : La Coupole et Le Dôme. Station de métro Montparnasse – Bienvenüe. Les crêperies du haut de la rue du Montparnasse. La Fondation Cartier pour l’art contemporain.

Le quartier est ainsi traversé par le méridien de Paris. Parnasse, résidence des Muses de la mythologie grecque. L’Exposition universelle de 1889 et la vie artistique déjà si riche de Montmartre attirent de nombreux artistes qui vont choisir ce quartier populaire plus au centre de Paris et qui va devenir la plaque tournante de la modernité. Montparnasse, quartier encore relativement en friche, leur offre des ateliers à des loyers modiques et un environnement de cafés bon marché qui facilite la sociabilité, l’émulation et l’entraide. Les  Montparnos  vont rapidement y instaurer une atmosphère créative et libertaire, et attirer des commanditaires, pas uniquement français, à la recherche de talents nouveaux. Guillaume Apollinaire, qui habite le 202, boulevard Saint-Germain à partir de 1913. Il vécut et travailla au 16, impasse du Maine, devenue rue Antoine-Bourdelle en 1930, un an après sa mort.

Aux côtés de la peinture et de la sculpture, la photographie est également présente. Avant de s’installer rue Campagne-Première, Man Ray planta son premier studio à l’Hôtel des Écoles au 15, rue Delambre. La Closerie des Lilas en 1909. Les cafés, bars et bistrots, notamment ceux du carrefour entre les deux principaux axes du quartier que sont les boulevards du Montparnasse et Raspail, l’actuelle place Pablo-Picasso, étaient des lieux de rencontre où les artistes venaient à la fois rencontrer leurs homologues et négocier. La vie nocturne est également passée dans la légende, comme les nuits chaudes du Dingo Bar au 10, rue Delambre.