Encyclopédie du Berger Allemand PDF

En 1878, les éleveurs allemands de chiens à aptitudes bergères réalisent une première tentative de regroupement dans un but d’amélioration de leurs chiens. Ceux-ci sont très variés d’un point de vue phénotypique, notamment selon les régions : par encyclopédie du Berger Allemand PDF, le type Wurtemberg porte les oreilles droites, alors que celui de Thuringe a les oreilles tombantes. Après avoir longtemps admiré les aptitudes des chiens de berger, il décide d’en acheter un le 3 avril 1899.


Des centaines d’ouvrages furent, et sont toujours, de par le monde, consacrés au chien le plus répandu sur notre planète qu’est le Berger Allemand. Il n’en demeure pas moins qu’il est vraisemblable qu’aucun d’entre eux n’aille autant en profondeur dans la connaissance biologique de cette race hors du commun que la présente encyclopédie. Chien du rêve, de la beauté, de la fidélité et du travail bien accompli, le Berger Allemand demeure aussi chien qui sauve, auxiliaire infatigable de l’Homme au service duquel il met sans compter son flair extraordinaire et sa joie de l’effort. Bien que très récente, l’histoire de cette race au sein de la cynophilie mondiale est des plus riches
trop peut-être pour que jamais aucun ouvrage ne puisse se révéler exhaustif en la matière. Forte de nombreuses spécificités, la biologie du Berger Allemand est, quant à elle, de mieux en mieux cernée. La recherche vétérinaire s’enrichit de jour en jour le concernant, afin d’améliorer sans cesse les domaines de la compréhension et surtout de la prévention qui touchent en particulier
– une sensibilité digestive reconnue et parfois difficile à gérer
– une peau fragile à protéger
– un système ostéo-articulaire très sollicité au quotidien
– un système immunitaire parfois rudement mis à l’épreuve
Ainsi, l’Homme apprend chaque jour un peu plus sur le Berger Allemand, et en tire les conclusions de dépistage, de prévention, de protection, à la fois nutritionnelles, environnementales et comportementales, qui lui permettent d’accroître l’espérance de vie de ce chien si attachant

Son nom d’origine est Hektor von Linksrhein qu’il rebaptisera ensuite Horand von Grafath. Ce qui fera plus tard la force de la race, c’est la largesse de ses dirigeants dans la première définition du berger allemand :  tout chien de berger vivant en Allemagne qui, grâce à un exercice constant de ses qualités de chien de berger, atteint la perfection de son corps et de son psychisme dans le cadre de sa fonction utilitaire . Les buts sont clairs, c’est donc par et pour le travail que la sélection du berger allemand commence. Le club présente rapidement une activité importante et organisée. Dès 1902 un journal est édité pour tous ses membres, et en 1903 un registre de sélection voit le jour avec la compilation des performances des reproducteurs. Ses qualités de robustesse, son flair hors pair et son obéissance à toute épreuve encouragèrent la police allemande à l’utiliser. En 1914, le SV et l’armée organisent une démonstration des possibilités du berger allemand en temps de guerre, à laquelle il paya ensuite un lourd tribut.

En 1926, le livre des origines compte déjà 346 000 chiens inscrits. Dans les années 1950, l’épreuve du coup de feu et le test de caractère font leur apparition. Katzmair et Funk succèdent à von Stephanitz, puis le Dr Rummel en 1971. Dr Rummel, qui encourageait  un dialogue fructueux, aussi bien pour l’élevage que pour l’utilisation .

Chienne avec ses six petits âgés de deux jours. Dès 1910, l’importation de bergers allemands commence en France et augmente d’année en année : 4 132 chiens arrivent en France au cours du premier semestre 1912. La SCBA a été et reste le premier club de race français. Elle aligne sa politique d’élevage sur le pays d’origine pour obtenir les meilleurs résultats possibles. En France, la première exposition nationale d’élevage a lieu en 1958 à Vichy, avec rapidement l’instauration des tests au coup de feu et des dépistages de la dysplasie de la hanche.