Discours sur le colonialisme: suivi du Petit matin d’Aimé Césaire PDF

Le titre de cette page ne peut être modifié. Algérie et dans un combat international dressant une solidarité entre  frères  opprimés. Il discours sur le colonialisme: suivi du Petit matin d’Aimé Césaire PDF l’un des fondateurs du courant de pensée tiers-mondiste.


Texte intégral révisé suivi du Petit matin d’Aimé Césaire par René Despestre. Publié en 1950, c’est-à-dire au sortir de la Seconde Guerre mondiale, pendant celle de Corée et peu avant celle d’Algérie, le pamphlet d’Aimé Césaire est non seulement l’un des plus grands textes fondateurs de l’anticolonialisme mais aussi un violent réquisitoire contre le capitalisme et la bourgeoisie européenne. L’auteur du Cahier d’un retour au pays natal, à l’époque député membre du Parti communiste, y dénonce avec force la barbarie de cette bourgeoisie occidentale décadente qui trouva un exutoire en colonisant les pays du tiers-monde au nom d’une « civilisation » soi-disant supérieure, soumettant les peuples à l’oppression et à la haine, à la violence et à la destruction, à l’exploitation et au pillage, au racisme et au fascisme. Avec ce vibrant acte d’accusation aujourd’hui entré dans l’Histoire, le fondateur du mouvement littéraire de la Négritude fait le procès implacable, toujours actuel, d’une Europe « indéfendable ». À ceux qui sont aujourd’hui encore tentés de comptabiliser les aspects « positifs » de la colonisation, son pamphlet sonne comme un rappel.

Durant toute sa vie, il cherche à analyser les conséquences psychologiques de la colonisation à la fois sur le colon et sur le colonisé. Dans ses livres les plus connus, il analyse le processus de décolonisation sous les angles sociologiques, philosophiques et psychiatriques. En 1943, il s’engage dans l’Armée française de la Libération après le ralliement des Antilles françaises au général de Gaulle. De retour en Martinique, où il passe le baccalauréat, il s’engage avec son frère Joby dans le soutien à la candidature d’Aimé Césaire qui se présente pour le Parti communiste français aux élections législatives d’octobre 1945. De son expérience de noir minoritaire au sein de la société française et de ses observations en Algérie, il rédige Peau noire, masques blancs, dénonciation du racisme et de la  colonisation linguistique  dont il est l’une des victimes en Martinique. Je rêve que je saute, que je nage, que je cours, que je grimpe.

Je rêve que j’éclate de rire, que je franchis le fleuve d’une enjambée, que je suis poursuivi par une meute de voitures qui ne me rattrapent jamais. Il rejoint le FLN à Tunis, où il collabore à l’organe central de presse du FLN, El Moudjahid comme spécialiste des problèmes de torture parce qu’il avait soigné plusieurs tortionnaires comme psychiatre à l’hôpital de Blida. L’An V de la révolution algérienne publié par François Maspero. Cette approche le conduit à associer l’indépendance au socialisme, qu’il définit comme un  régime tout entier tourné vers l’ensemble du peuple, basé sur le principe que l’homme est le bien le plus précieux . C’est en 1960 qu’il demande à Claude Lanzmann et Marcel Péju, venus à Tunis pour parler au dirigeant du GPRA, de rencontrer le philosophe. Il veut également que Sartre préface son dernier ouvrage, Les Damnés de la Terre. La rencontre a lieu à Rome, pendant l’été 1961.