Développement de la radio catholique en République Démocratique du Congo PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Kisangani, à l’époque Stanleyville ou Stanleystad de 1883 à 1966, développement de la radio catholique en République Démocratique du Congo PDF une ville de la République démocratique du Congo en Afrique centrale. Kisangani est située à l’endroit où la rivière Lualaba prend le nom de Congo.


Cet ouvrage ne se limite pas seulement à l’engagement de l’Eglise congolaise dans le domaine de la radiodiffusion. Il livre une large vision du monde des médias en général, ainsi qu’un panorama de l’entrée de l’Afrique dans l’usage de la radiodiffusion, depuis sont début jusqu’à nos jours. On remarquera qu’en RDC l’Eglise catholique est pionnière dans le monde de la radiodiffusion.

La ville s’étend du fleuve Congo à la rivière Tshopo. Henry Morton Stanley fonda la station des chutes Stanley en décembre 1883 sur une île du Congo, près de l’actuelle Kisangani. De 1890 à 1893, c’est le neveu de Tippo Tip, Rachid bin Mohammed, qui occupa cette fonction. L’État indépendant du Congo conquit définitivement la ville au cours de la guerre contre les Arabo-Swahilis en juin 1892. L’ancien hôtel des Chutes, à Kisangani.

En 1961, Antoine Gizenga prit la tête d’un gouvernement sécessionniste de celui de Kinshasa à Stanleyville. En 1964, la ville fut occupée par les guerriers Simbas qui prirent la population en otage. Armories de la ville de Kisangani. La ville de Kisangani est dirigée par un maire de la ville assisté d’un adjoint.

Elle est divisée en six communes dirigées par un bourgmestre titulaire et son adjoint. Les six communes de la ville de Kisangani sont : Kisangani, Kabondo, Lubunga, Tshopo, Mangobo, Makiso. Elle comprend en plus de ces six communes une entité périurbaine nommée Lubuya-bera. Médard Autsai Asenga au gouvernorat, Philippe Masikini à l’assemblée provinciale et Osumaka à la mairie. 2011, le climat général dénotait la méfiance de la population à l’endroit des politiciens et ce, malgré le début tardif des travaux de réfection de la voirie urbaine. Awenze Makiaba Alphonse sera élu à l’issue d’un suffrage inédit où il dut affronter des poids lourds de la politique de la ville tels que Daruwezi.

Pour la législature 2011-2016 la ville fut représentée à l’assemblée nationale par les députés Awenze Makiaba, Apaka Tombila, Basango Makedju, Simene wa Simene et Daruwezi Mokombe. Au début de l’année 2015, une certaine tension politique s’installa consécutivement à la suspension du maire Augustin Osumaka par le gouverneur Jean Bamanisa Saïdi à la suite de malversations financières. Fondés par Faustin Linyekula, les studios Kabako accompagnent depuis 2006 des artistes de la ville, de la formation à la production et diffusion, dans les domaines de la danse, du théâtre, de la musique et du cinéma. Usine de la Bralima à Kisangani. Victime de trois guerres qui ont opposé le pays aux armées rwandaise et ougandaise entre 1999 et 2000, la ville de Kisangani porte le surnom peu enviable de  ville martyre .

Compte tenu de sa position géographique, Kisangani est le point de départ et le terminus du trafic fluvial entre l’est et l’ouest. La population de Kisangani reste toutefois frappée par une grande pauvreté. Beaucoup d’habitants se consacrent à l’exploitation artisanale des mines, mais la concurrence y est grande et entraîne une dévaluation de la main d’oeuvre ainsi que de nombreuses situations de violence. Une grande partie de la population dépend d’une agriculture de subsistance. Article détaillé : Éducation en République démocratique du Congo. L’enseignement primaire, secondaire et professionnel est assuré par plusieurs écoles tant publiques que privées.

L’enseignement professionnel est assuré principalement par l’Institut National de Préparation Professionnelle. Kisangani souffre jusqu’à ces jours pour le transport, compte ténu d’État des routes reliant les communes. Qu’elle que soit cette difficulté, Kisangani utilise trois moyens de transport. Il y a vélo appelé toleka, moto et mini bus. Plusieurs journaux écrits paraissent à Kisangani, dont : Le Thermomètre boyomais, Kisangani News, etc. La ville de Kisangani est une ville sportive.

L’entente urbaine de football de Kisangani s’occupe des matchs de football à Kisangani. La ville dispose d’un seul stade connu sous le nom de stade Lumumba. Quelques autres terrains peuvent toutefois abriter des rencontres, comme le terrain de l’Athénée Royal de Kisangani dans la commune Makiso, le terrain de la Révolution à Kabondo, le terrain de Molunge à Mangobo, le terrain de Faculté de Psychologie. Outre le football, on trouve aussi à Kisangani des pratiques du basket-ball, du volley-ball, du tennis ou encore des arts maritaux tels que le karatéka, la boxe, le judoka et tant d’autres, pour ne citer que ceux-là. La villa Régina à Kisangani, dans ce qui fut le quartier européen, a servi de décor au film L’Odyssée de l’African Queen sorti en 1951. Patrick Nothomb, Duculot, Paris – Louvain-la-Neuve, 1993, réédition en 2011 avec 16 pages de photos, 345 p. Stanleyville ou le Luluaba devenait Congo.

Colonel BEM e-r André Closset, 1995, éditions de l’Aronde. Row, New York, 1965, 279 pp. David Reed, Bantam 1988, 320 pp. Stanleyville dans la République démocratique du Congo. Il détaille et analyse les opérations militaires grâce à de nombreux témoignages recueillis auprès de soldats et d’expatriés. Nos paras sautent sur Stanleyville – 24 novembre 1964 : RTBF série Ce jour-là 1re diffusion 23 août 2003.

Série Les Années belges, RTBF 25 février 1997. Hommage aux victimes belges et congolaises. Les larmes de Stanleyville- Décembre 2014: Documentaire de Donatien Aliana Alipanagana. Histoire de la ville de Kisangani découvert par Stanley en 1883 , sur ammafricaworld. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 16 février 2019 à 06:29.

Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Drapeau de la République démocratique allemande à partir de 1959. Emblème de la République démocratique allemande à partir de 1955.