Désertion PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie désertion PDF. La grande cité apparaît vers 16-13 av. Autour des écoles de Droit et de Lettres les notables encouragent le développement d’un enseignement de qualité.


L’étude de la géographie et de l’histoire y tient une place importante. Avec Eumène, grand défenseur des écoles méniennes, Autun laisse à la Bourgogne un illustre orateur, un rhéteur de grande réputation. La cité, trop à l’écart des grandes voies de communication connaîtra un déclin progressif. La création d’Autun attira les populations environnantes et notamment les habitants de Bibracte, l’oppidum éduen, qui tomba peu à peu dans l’oubli. Prise par Julius Sacrovir en l’an 21, elle fut le foyer de la révolte de ce Gaulois, qui se tua aux environs.

Gaules et se rallie à l’empereur Claude II. Elle fut assiégée en 270 durant sept mois, prise et saccagée par l’usurpateur Victorinus. La création de la ville, sur la rive gauche de l’Arroux, a incontestablement déplacé les anciens axes de communication qui se rendaient à Bibracte. Autun, on peut aisément repérer un réseau routier développé en étoile, récupérant partiellement des voies antérieures. Porte de Rome, elle continue d’abord en ligne droite.

A 120 m environ, elle atteint d’abord le ruisseau de l’Accoron et le franchit sur un petit pont. Elle se dirige d’abord selon l’alignement du cardo maximus et franchit l’Arroux, vraisemblablement sur un pont. Saint-André, que l’on nomme aussi porte de Langres, prend la direction du nord-est et franchit aussitôt le ruisseau d’Accoron en direction d’Andemantunnum. Tavaux possède un tronc commun avec la voie de Langres. La voie de Troyes par Alésia sort par la porte d’Arroux et possède un tronc commun avec la voie de Langres. La voie d’Orléans se détache de la voie de Clermont au lieu-dit Pierrefitte. La voie de Clermont par Bourbon-Lancy sort d’Autun par la porte nord, dite porte d’Arroux.

Aussitôt après avoir franchi le pont sur l’Arroux, on se trouve en présence d’un embranchement. La route de droite conduit à Saulieu et à Alise-Sainte-Reine. Le faisceau de routes issu de la porte d’Arroux se divise sous les murs d’Autun en deux branches. La branche dirigée vers le sud-ouest constitue la voie d’Autun à Clermont. De cette voie se détache, à 7 km environ du mur d’enceinte d’Autun, la voie de Decize par Saint-Honoré, qui conduit ensuite vers Bourges. L’enceinte d’Autun est l’une des mieux conservées de la Gaule Romaine.

Elle a été conçue sous l’empereur Auguste, fondateur de la cité. En se fondant sur les restes de la porte Saint-Andoche, on évalue la hauteur primitive de la courtine – sans doute crénelée, si l’on en croit des vestiges observés par J. L’épaisseur moyenne de la muraille est constante et varie entre 2,40 m et 2,50 m . Les tours étaient toutes entièrement circulaires, contrairement à ce que peuvent laisser penser certains relevés incomplets du siècle dernier. Saint-André, monumentale, fut l’entrée orientale du decumanus maximus, grand axe est-ouest de la cité.

Comme toutes les autres portes de la ville, elle était flanquée de deux tours semi-circulaires, dont l’une est encore aujourd’hui conservée et abrite la chapelle Saint-André. La porte d’Arroux est située à l’extrémité nord de l’axe principal nord-sud de la ville : le cardo maximus. Ses deux tours semi-circulaires encadraient quatre arches : deux pour les chars, où sont visibles les rainures de la herse, et deux pour les piétons. Il pouvait contenir jusqu’à 20 000 personnes.

Les dimensions du théâtre sont considérables. L’amphithéâtre, est situé à proximité du théâtre dans la partie orientale de l’enceinte. Ses dimensions atteignent au total 150 m sur 130 m et l’arène mesure 74 m sur 19 m. Il s’agit donc du plus grand amphithéâtre de Gaule connu actuellement. Le cardo maximus, constitue véritablement l’axe de la ville, son épine dorsale. Avec ses trottoirs, et sans compter les portiques, le cardo maximus occupe une largeur d’environ 16 m, ce qui lui confère un caractère monumental dans sa traversée de la ville.

Article détaillé : temple de Janus d’Autun. Ce sanctuaire fut construit de manière typiquement gallo-romaine sous la forme d’un fanum, à la manière des nombreux édifices gaulois en bois qui ont précédé la conquête romaine. Ce temple situé à l’extérieur de la cité est sans doute lié à tort au culte du dieu Janus, dans un faubourg à caractère rural, qu’on ne saurait comparer à la ville  officielle , comprise à l’intérieur des remparts. Première restauration en 1874 par Jean Roidot-Déléage. Seul le blocage intérieur nous est parvenu. Il était recouvert d’un parement régulier formant une pyramide et atteignait environ 33 m. Cette pyramide apparaît aujourd’hui percée d’un orifice, dû à des fouilles effectuées en 1640.

La Pierre de Couhard se situe à proximité de la cascade de Brisecou. Comment s’effectua le transfert des habitants de Bibracte ? Le nom de cette université lui vient des portiques, moeniana, sous lesquels ont lieu les cours in Fernand Nathan, p. Thévenot, Les voies romaines de la cité des Éduens, 1969, Bruxelles, coll.

1, 1993a, Paris, Académie des Inscriptions et Belles- Lettres, Ministère de la Culture, p. Gérard Coulon, Les Gallo-Romains : vivre, travailler, croire, se distraire – 54 av. Quid 2004, de Dominique et Michèle Frémy, édition Robert Laffont, p. Richardson, A note on the architecture of the Theatrum Pompei in Rome, American Journal of Archaeology, 91, 1987, p. Goguey, Le théâtre du  temple de Janus  à Autun les données de la photographie aérienne et l’environnement archéologique, in : Spectacula II, Le théâtre antique et ses spectacles, 1992, Actes du Colloque de Lattes, 27-30 avril 1989, p.