Considérations sur la France PDF

Beaucoup de jus, et une forte diminution des émissions de CO2. Considérations sur la France PDF et publié le 7 février.


Parce que nous sommes enfermés sous la cloche à désinformation – notre horizon obligatoire et exclusif – la plupart de nos contemporains, à de rarissimes exceptions près, pensent que depuis la Révolution française l’unique forme de gouvernement qui se puisse accepter réside dans la démocratie ; que le suffrage universel constitue le seul outil politique qui nous mette à l’abri de la servitude et du totalitarisme. Rien ne peut plus arracher à ce rêve le citoyen ordinaire. Ne pas croire à la supériorité du régime des partis lui apparaît comme une hérésie, une profanation, pis encore, comme la sottise suprême et dangereuse. Et pourtant, si l’on quitte les voies balisées par la presse sous toutes ses formes ; si l’on remonte de quelques générations dans la littérature ; si l’on consulte surtout le magistère authentiquement catholique, force est bien de constater qu’il existe une autre version des faits, une autre analyse des situations et événements, une autre optique qui font apparaître sous un jour, non seulement différent, mais radicalement opposé, le paysage politique et l’appréciation des fins et des moyens. Joseph de Maistre, témoin des premières révolutions mondiales, nous peint le monde comme il pourrait ou pourra redevenir le nôtre ; sans despotes ni moutons.

Centrales nucléaires plus productives relativement aux deux années précédentes, marquées par des arrêts exigées par l’Autorité de Sûreté Nucléaire. Devant cette performance, un climatologue dirait :  faites ce que vous voulez, mais conservez, au moins, ce niveau d’émissions très bas . Pourtant, la consommation n’a pas vraiment augmenté, elle a même légèrement diminué sur 2017 avec 474 TWh. Une consommation qui montre une stabilité remarquable depuis une dizaine d’année, encore plus marquée si l’on corrige les chiffres des variations dues aux températures hivernales. Où est donc parti le jus en excédent ? 17 journées importatrices nettes contre 52 en 2017. En 1973, la France produisait la majorité de son jus avec du pétrole.

Donc, le  foisonnement  national ne sauvera pas la situation. Production éolienne cumulée de l’Union Européenne à 28, au pas de temps horaire de janvier à août 2018. Cette entrée a été publiée dans Science. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien. Bonsoir Raf, Vous avez raison sur votre deuxième point, l’électricité nucléaire produit nécessairement des déchets nucléaires. Le nucléaire, il faut du combustible.

Ensuite les barres de combustibles des centrales, on en fait quoi? On les laisse refroidir puis on les amènes dans des  usines  pour les  traiter  ou autre. Puis le tout repare sur des sites de stockage ! On fait donc encore des voyages ! Les  isines  elles utilisent de kWH pour faire tout ca! C’est dommage de ne voir que la centrayen elle même et pas la globalité.