Chirurgie plastique de l’enfant et de l’adolescent PDF

Cet article est une ébauche concernant chirurgie plastique de l’enfant et de l’adolescent PDF médecine. La chirurgie pédiatrique est une branche de la chirurgie qui se limite à une tranche d’âge s’étendant de la période prénatale à l’adolescence. La chirurgie pédiatrique peut également s’intituler chirurgie infantile. La plupart des pathologies chirurgicales pédiatriques sont très spécifiques et différentes de celles de l’adulte.


La chirurgie plastique pédiatrique doit assurer le diagnostic et le traitement des maladies et malformations congénitales et acquises des contours du corps et du squelette cranio-facial qui touchent le foetus, le nouveau-né, l’enfant et l’adolescent. Discipline au combien vaste faisant appel à de multiples compétences indispensables à la prise en charge de l’enfant de la période foetale jusqu’à l’aulne de l’âge adulte. Cet ouvrage se veut la démonstration de l’absolue nécessité de cette interdisciplinarité, concourant à mettre l’enfant à tout stade de son développement au centre d’un cercle de compétence pédiatrique ou le généticien, le pédiatre, le chirurgien ORL pédiatre, le chirurgien maxillo-facial pédiatre, le chirurgien orthopédiste pédiatre le chirurgien viscéral pédiatre et le chirurgien plasticien pédiatre trouveront leur place. La chirurgie plastique pédiatrique est maintenant structurée comme une entité propre dans la plupart des centres. Sur le plan national elle s’est regroupée autour d’un groupe puis d’une section de chirurgie plastique pédiatrique (SFCPP) qui l’individualise au sein des différentes spécialités. Cette individualisation doit beaucoup à certains de nos aînés qui par leur compétence et leur obstination sont parvenus à l’imposer comme une discipline à part entière.

Les malformations congénitales sont généralement décelées et traitées pendant l’enfance. Bon nombre de pathologies, telle la sténose hypertrophique du pylore, se présentent à des âges spécifiques. La charge affective et émotive est très élevée. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 7 février 2018 à 12:05.

Ces listes gagneraient à être introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Cette discipline est pratiquée par un chirurgien orthopédiste. Charnley dans les années 1960, la prothèse de genou de Marmor et Insall et l’arthroscopie développée par H. Dorfmann en France dans les années 1980. Le logo est l’arbre tordu redressé en partie par corde et tuteur : contention externe. En orthopédie, il met au point un banc de bois qui réduit les luxations et les fractures. Le principe de cet appareil est d’immobiliser l’os ou l’articulation pour qu’il se ressoude ou se remette en place selon le cas.

On doit aussi à Hippocrate le principe actuel pour réduire une luxation de l’épaule. Suisse, de Delpech à Montpellier, de Pravaz à Paris puis à Lyon, etc. 1858, voue sa vie aux problèmes d’ossification. Il se désigne comme chirurgien ostéo-articulaire ou pratiquant la chirurgie réparatrice.

Ces appareils guident les os pour qu’ils prennent la forme qu’il faut. Seutin, au moins aussi efficace que les autres procédés sur le plan de la solidification osseuse, permet l’accès aux plaies tout en offrant l’avantage d’éviter l’ankylose. Jusqu’en 1860, le terme d’orthopédiste est réservé aux bandagistes, fabricants de corsets et de sabots pour pieds bots. Le corset redresse la colonne vertébrale.

Les bandages immobilisent ou protègent les articulations fragiles et réduisent les luxations. Pravaz de Lyon, médecin orthopédiste, obtient grâce à des chariots et des appareils d’extension, des réductions de la luxation de la hanche. En 1881, le chirurgien général britannique Arbuthnot Lane préconise une technique chirurgicale pour le traitement des fractures : l’ostéosynthèse. Elle consiste à fixer sur l’os des plaques avec des vis pour l’immobiliser en attendant que l’os se ressoude. En 1890, Gluch met au point la première prothèse interne du genou. Elle est en ivoire et fonctionne avec une charnière.

Pendant la Première Guerre mondiale, le sens d’orthopédie réservée à l’enfant disparaît. Les chirurgiens d’enfants, sur le champ de bataille, préfèrent des traitements conservateurs aux amputations systématiques. Fondée pour la promotion et le développement de la connaissance dans cette spécialité chirurgicale, elle a également pour but de soulager et d’améliorer l’état fonctionnel des patients à la suite d’un traumatisme ou d’une affection du système musculo-squelettique à tous les âges de la vie. 2007 en est à sa 82e édition. En 1919, on crée des prothèses qui permettent de remplacer un membre disparu.