Chimie industrielle. La grande industrie chimique. Les metalloides et leurs composes. Les metaux et leurs sels. Industries organiques. PDF

P281 : Utiliser chimie industrielle. La grande industrie chimique. Les metalloides et leurs composes. Les metaux et leurs sels. Industries organiques. PDF’équipement de protection individuel requis. Produit non contrôléCe produit n’est pas contrôlé selon les critères de classification du SIMDUT. Le chrome est l’élément chimique de numéro atomique 24, de symbole Cr. Le corps simple est un métal de transition.


Le chrome appartenant au groupe 6 et à la période 4 du tableau périodique fait partie de la famille des métaux de transition. Ces éléments se caractérisent par des corps simples métalliques qui ont des points de fusion élevés, des pressions de vapeur parmi les plus basses, des faibles coefficients de dilatation thermique. La stabilité face aux bases et oxydants faibles est ainsi assurée. L’élément chimique ainsi que le corps simple est découvert par Louis-Nicolas Vauquelin à partir de l’analyse du plomb rouge de Sibérie, ou crocoïte ou chromate de Pb et Cr PbO. AC dans le Mausolée de l’empereur Qin près de Xi’an, Chine ont été analysées. Oural, qu’il nomma  plomb rouge de Sibérie .

En 1770, Peter Simon Pallas visita le même site que Lehmann et trouva un minerai de  plomb  rouge, qui fut très vite utilisé comme pigment dans les peintures. L’emploi du plomb rouge sibérien comme pigment se développa rapidement et le jaune brillant obtenu à partir de crocoïte devint une couleur très à la mode. En 1797, Louis-Nicolas Vauquelin reçut quelques échantillons de minerai de crocoïte. Le chimiste français est aussi capable de détecter des traces de chrome dans certaines pierres précieuses comme les rubis ou les émeraudes. Ce procédé a assez vite été employé par les chimistes-minéralogistes pour reconnaître les différents minéraux chromés. Plus tard, cette technique mise en échec permit de découvrir d’autres minéraux inconnus, et ainsi, l’élément béryllium qu’ils contiennent. Il démontra aussi avec son collègue Laugier qu’on en trouvait dans presque toutes les météorites.

Les chimistes commencent à comprendre que les complexes inorganiques de l’ion chrome, associés au collagène ou matière organique des cuirs-peaux, engendrent des structures plus ou moins stables. Notez que le chrome est utilisé pour la galvanoplastie depuis 1848, car une strate de métal chrome sur une surface métallique, par exemple en acier, est à la fois protectrice et d’un bel effet, de plus en plus brillant lorsqu’il est poli et lustré. Le placage au chrome est parfaitement connu à la Belle Époque, mais il reste coûteux. Ainsi le chromage, à la suite, par exemple, des travaux du chimiste américain Collin G. Les « chromites », caractérisées par une structure cristalline stable, des coefficients d’expansion thermique modérés, un haut point de fusion, sont utilisés dans l’industrie des corps réfractaires. L’adjectif chromique et le substantif chromate sont proposés d’emblée par le chimiste Vauquelin en 1797, en associant avec l’élément et corps simple métal chrome.