Brest Face a la Mer, Trois Siecles de Marine et d’Arsen PDF

Ukraine et à l’ouest de la région du Kouban brest Face a la Mer, Trois Siecles de Marine et d’Arsen PDF Russie, qui s’avance dans la mer Noire. Empire russe, puis en 1922 l’Union des républiques socialistes soviétiques. La ville de Sebastopol qui fut fondée en 1783 par l’impératrice russe Catherine II, devient autonome du reste de la Crimée en 1948.


La république de Crimée et la ville fédérale de Sébastopol. La péninsule de Crimée, qui couvre une superficie de 27 000 km2, est reliée au reste du territoire ukrainien par l’isthme de Perekop, bande de terre large de cinq à sept kilomètres au nord de la Crimée, et au-delà de laquelle commence l’oblast de Kherson. Crimée, la péninsule de Kertch fait face à la péninsule de Taman en territoire russe. Les côtes de Crimée sont irrégulières et forment un grand nombre de baies, dont certaines abritent des ports. Leur relief et leur climat les rattachent au monde méditerranéen, même si les hivers peuvent parfois être de type continental froid.

Les ports se trouvent sur la côte occidentale de l’isthme de Perekop, dans la baie de Karkinit. La côte sud-est est très montagneuse, avec une série de montagnes parallèles, les monts de Crimée, situés à une distance de huit à douze kilomètres de la mer. Les monts de Crimée, assez élevés, culminent à 1 545 m au mont Roman-Koch et descendent dans la mer Noire, en dessinant des plateaux intérieurs à 500-600 m. Les terres qui se trouvent au pied du Yayla-Dagh sont d’un caractère tout autre. Là, les bandes étroites de la côte et les pentes abruptes des montagnes sont couvertes de verdure.

La Crimée est une région d’agriculture depuis six millénaires environ. Même si celle-ci est en régression, elle possède encore beaucoup de vignobles et de nombreux vergers implantés dès l’Antiquité grecque dans ses plus riches plaines. Grâce à ses plages, la Crimée est une région très touristique. La station balnéaire de Yalta était déjà réputée sous la Russie impériale comme lieu de villégiature prisé par l’aristocratie et la bourgeoisie. La population criméenne décroît de 0,3 pour cent par an, passant de 2,2 millions en 1993 à 2,1 millions en 2001. Le nombre annuel de naissances s’écroule de 32 000 en 1990, à 15 000 en 2000. Depuis 2014, la population de la Crimée augmente.