Agir pour ne pas mourir ! : Act up, les homosexuels et le sida PDF

Le ruban rouge, symbole de la lutte contre le sida. Le sida est le dernier stade de l’infection au Agir pour ne pas mourir ! : Act up, les homosexuels et le sida PDF, lorsque l’immunodépression est sévère.


Fondée en 1989 sur un modèle américain, l’association Act Up Paris a choisi de faire du sida un enjeu de lutte politique en même temps que l’objet d’une mobilisation homosexuelle. Malgré de nombreuses réactions sceptiques ou hostiles, jugeant cette importation inopportune dans le contexte français, Act Up va progressivement se révéler un acteur central tant du mouvement associatif de lutte contre le sida que du mouvement gay et lesbien, pour devenir l’un des groupes contestataires les plus remarqués en France ces deux dernières décennies. A partir de nombreux témoignages et d’un travail de terrain ethnographique inédit, cet ouvrage rend compte des conditions et des conséquences de ce succès, en retraçant l’histoire d’Act Up et, à travers elle, celle de milliers d’hommes et de femmes homosexuels qui ont eu à affronter l’épidémie, individuellement ou collectivement, depuis le début des années 1980. Il éclaire l’engagement spécifique de l’association, seule en France à se réclamer d’un  » point de vue homosexuel  » sur le sida. L’auteur révèle aussi la logique des  » actions publiques  » d’Act Up, de la violence qui leur est souvent imputée, du lien intime qui les unit à la question de la mort. Il analyse les changements induits par l’apparition de nouveaux traitements de l’infection à VIH. Il montre aussi que les positions controversées adoptées par l’association sur les comportements sexuels des gays traduisent les tensions générées par la normalisation en cours de l’homosexualité et sa contestation.

Il conduit à la mort des suites de maladies opportunistes. Une pandémie s’est développée à partir de la fin des années 1970, faisant de cette maladie un problème sanitaire mondial. Les trois modes de transmission du VIH ont chacun leurs particularités : par voie sexuelle, par voie sanguine et durant la grossesse et l’allaitement. La plupart des infections par le VIH ont été ou sont encore acquises à l’occasion de rapports sexuels non protégés. Le meilleur moyen de protection contre le VIH dans ce mode de transmission est le préservatif.

Le mode de contamination par voie sanguine concerne tout particulièrement les usagers de drogues injectables, les hémophiles et les transfusés. Cependant, trois études, l’une menée par PJ. Ces cellules sont en effet les  coordinatrices  de la réponse immunitaire : elles jouent un rôle tout à fait central. La mort des cellules infectées est consécutive au détournement de la machinerie des lymphocytes, qui ne peuvent plus fabriquer leurs propres molécules, ainsi qu’à la destruction de l’intégrité membranaire au moment de la sortie des virus néoformés. En l’absence de traitement, la quasi-totalité des patients infectés par le VIH évolue vers le sida, phase ultime de la maladie. Les raisons de la latence de l’apparition de la maladie demeurent inexpliquées de façon satisfaisante. Zona au cours des cinq dernières années.