A l’est de Magnum, 1945-1990 PDF

Flag of the Russian Soviet Federative Socialist Republic. 1970, à signer plusieurs romans sous le nom A l’est de Magnum, 1945-1990 PDF’emprunt d’Émile Ajar, en les faisant passer pour l’œuvre d’un tiers.


Il est aussi administrateur de la synagogue de la rue Zawalna. Il fait donc partie de la moyenne bourgeoisie de Wilno. 80 km de Wilno, où elle a fait des études secondaires en yiddish et en russe dans un établissement juif et où elle a participé à un groupe de jeunesse d’orientation socialiste, le  cercle Yehoash . Roman et ses parents sont de nationalité russe, puis deviennent polonais lorsque Wilno et sa région sont intégrées à la Pologne rétablie après la Première Guerre mondiale. Durant cette guerre, son père est mobilisé dans l’armée russe, alors que Roman est encore un très jeune enfant. Mina et Roman quittent Wilno pour Swieciany où ils passent quelques mois, puis une mesure générale d’expulsion des juifs de la zone du front les oblige à passer plusieurs années en Russie proprement dite. Aucune source indépendante ne confirme ces assertions.

Wilno est attestée à partir de septembre 1921 par le registre des locataires d’un immeuble au no 16 de la rue Wielka Pohulanka, où ils vont vivre pendant quelques années. Russie soviétique et la République de Pologne. Romain Gary n’a pratiquement rien dit ou écrit sur la période où son père vivait avec lui et Mina à Wilno, ni sur la séparation et le divorce. Après la séparation, elle connaît des problèmes financiers, car elle ne dispose plus des revenus du magasin de fourrures de son mari, et son petit atelier de chapeaux ne lui rapporte que très peu d’argent. Il suit aussi des cours particuliers de français. En août 1928, ils obtiennent un visa touristique pour la France.

Il révise au petit jour et passe l’essentiel de son temps à écrire. C’est à cette époque qu’il publie ses premières nouvelles dans Gringoire, un hebdomadaire qui n’est pas au départ orienté à l’extrême-droite. Avord près de Bourges, il passe l’examen de sortie en mars 1939 et est l’un des deux élèves-observateurs de la promotion à échouer, parmi les 290. Fervent admirateur du général de Gaulle, il ne va pas directement à Londres. En février 1943, il est rattaché en Grande-Bretagne au Groupe de bombardement Lorraine.

Il est affecté à la destruction des bases de lancement des missiles V1. C’est durant cette période que Romain Kacew choisit le nom de Gary – signifiant  brûle ! Mais à l’hôtel-Pension Mermonts où je fis arrêter la jeep, il n’y avait personne pour m’accueillir. Il me fallut plusieurs heures pour connaître la vérité. Au cours des derniers jours qui avaient précédé sa mort, elle avait écrit près de deux cent cinquante lettres, qu’elle avait fait parvenir à son amie en Suisse.

En tant qu’observateur, il remplace Pierre Mendès France dans l’équipage du sous-lieutenant Arnaud Langer. Il effectue sur le front de l’Ouest plus de vingt-cinq missions, totalisant plus de soixante-cinq heures de vol de guerre. Après la fin des hostilités, Romain Gary entame une carrière de diplomate au service de la France, en considération des services rendus pour sa libération. De retour à Paris, il demeure sans affectation jusqu’à sa mise en disponibilité du ministère des Affaires étrangères en 1961. Dès l’immédiat après-guerre, entre 1946 et 1956, la figure littéraire du rescapé de la Shoah hante l’œuvre romanesque de Romain Gary qui s’interroge sur comment vivre après Auschwitz. L’œuvre littéraire de Romain Gary est marquée par un refus opiniâtre de céder devant la médiocrité humaine.